Archives par étiquette : Franche-Comté

Les étudiants français, francs-comtois et savoyards dans les universités italiennes (XVIe siècle)

Présentation de Nicole Bingen, sur le projet « Recensement des étudiants français, francs-comtois et savoyards de langue française ayant fréquenté les universités italiennes de 1480 à 1599« .

Entrepris vers 2000, avec l’objectif d’apporter un complément aux travaux d’Émile Picot, ce projet vise à recenser les étudiants de trois zones de langue française (France, Franche-Comté et Savoie d’expression française) ayant fréquenté les universités italiennes de 1480 à 1599. Chaque étudiant fait l’objet d’une notice divisée en trois parties. La première fournit les attestations directes ou indirectes de sa présence dans telle ou telle université. Les attestations directes proviennent des archives universitaires ou notariales. Les attestations indirectes sont tirées des correspondances humanistes, des mémoires, des dédicaces, des ouvrages publiés, etc. La seconde partie offre, le cas échéant, une discussion sur la validité des sources et des considérations sur le parcours académique de l’étudiant. La troisième partie est constituée par une courte biographie. Il est vite apparu en effet que la récolte des données primaires (attestations), indispensable dans un premier temps, devait être évaluée, voire corrigée (les notaires aussi font des erreurs) à la lumière d’une connaissance plus approfondie du personnage, de sa famille et de son milieu. Grâce à ce travail, on a pu éliminer toute une série de « doublons», comme des personnages cités sous leur patronyme par certains documents et sous leur nom de terre par d’autres ou dont les patronymes ont été écrits de manière si diverse qu’on les a considérés comme des étudiants différents. On a pu éliminer aussi certains personnes citées par des documents universitaires, mais qu’on ne peut pas tenir pour des étudiants : ainsi, des voyageurs de passage ou des parents plus âgés venus assister à des doctorats. On a pu aussi mettre en évidence les lacunes de certaines généalogies, pas toujours innocentes dans la mesure où, par exemple, certains étudiants passé à la Réforme ont été « gommés » des généalogies. Des personnages très connus, comme Germain et Nicolas Audebert, Jean de Boyssoné, Pierre Bunel, Symphorien Champier, Étienne Dolet, Gilbert Cousin, Michel de L’Hospital, Christophe de Longueil, Antoine Perrenot de Grandvelle, François Perrot, Miles Perrot, Jean de Pins, François de Sales, François Tissard, Claude-Énoch Viret et bien d’autres, ont fait l’objet d’analyses détaillées pour préciser au mieux leur parcours universitaire ou, le cas échéant, pour rejeter la tradition qui leur attribuait des études universitaires en Italie. Le travail se présente donc en deux grandes parties. La première recense tous les étudiants retenus. La seconde contient les cas douteux dont on ne sait s’ils entrent ou non dans les limites spatiales et chronologique retenues, les étudiants-fantômes (personnages inexistants issus d’erreurs d’interprétation de documents) et les personnages, qui, à première vue  pouvaient être tenus pour des étudiants, mais qui ont être écartés pour une raison ou l’autre. Pour de plus amples détails, on se reportera à l’article « Les étudiants de langue française dans les universités italiennes à la Renaissance : mise à jour du recensement et analyse des données », paru dans Les échanges entre les Universités italiennes à la Renaissance, éd. par M. Bideaux et M.-M. Fragonard, Genève : Droz, 2003, pp. 25-43). Le travail, commencé il y a plus de dix ans, comporte plus de 2400 notices. En principe, il devrait paraître en 2013. Il n’a été possible que grâce à une collaboration intense avec des chercheurs de diverses universités italiennes qui ont fourni bien souvent du matériel inédit et qui ont effectué de nombreuses vérifications de données dans les archives.