Archives par étiquette : Fasti

Avant Héloïse: l’aventure de Fasti

Texte de Willem Frijhoff (Université Libre, Amsterdam / Université Érasme, Rotterdam)

Fasti ! On l’a déjà presque oublié ! Cette première tentative de créer un réseau européen de bases de données historiques sur les universités, c’est déjà quasiment de la préhistoire ! En effet, Héloise a eu un prédécesseur auquel plusieurs chercheurs impliqués dans le réseau Héloise ont contribué et qui a les certainement inspirés à continuer le travail commun en vue d’une plus grande convergence et union dans l’effort de recherche en histoire des universités à l’échelle européenne. Traçons-en ici l’historique en quelques grandes lignes, afin de ne pas oublier ce qui a été accompli en commun et de tirer des leçons des problématiques que Fasti a soulevées. Rien d’exhaustif, juste quelques jalons, en m’excusant par avance de ma vision partisane et de mes oublis bien involontaires.

D’abord quelques mots sur le cadre. L’histoire des université est par essence internationale, l’université étant définie dès le Moyen Age comme un studium universale ou generale. Cette vocation internationale, que l’on retrouve encore dans tous les guides de voyage, les manuels et les synthèses sur les universités européennes qui ont été publiés à l’époque moderne, a lentement basculé vers une conception plus restreinte des universités comme institutions à vocation nationale voire régionale, au plus tard vers la fin du XVIIIe siècle, et dans les pays à régime absolutiste parfois bien plus tôt. L’ère de révolutions a accéléré le processus, quand bien même l’empire napoléonien s’est efforcé d’unifier la paysage universitaire européen et que de nouvelles conceptions d’enseignement et de recherche, telle que celle d’Humboldt, ont essaimé sur toute l’Europe. Mais le nationalisme rampant du XIXe siècle a fixé le cadre d’observation de l’histoire des universités pour près deux siècles en le réduisant à une optique purement nationale, voire nationaliste. Il a restreint la portée de la science, surtout dans les humanités, en limitant les approches et la collecte des données au cadre national. Seul le Moyen Âge demeurait un point de référence pour le système universitaire indivis de la chrétienté transnationale.

Telle était la situation lorsque vers la fin des années 1960 à différents points du monde occidental des projets de renouvellement de l’histoire des universités se firent jour simultanément: en Grande-Bretagne, aux États-Unis, en Allemagne, en Italie, en Espagne, en Belgique. En particulier, les deux volumes de The University in Society dirigés par Lawrence Stone à Princeton (1974) ont fait œuvre pionnière, en réinsérant l’histoire des universités dans une histoire sociale et culturelle de l’éducation qui l’a soustraite à l’histoire triomphante mais exsangue des institutions et des idées dans laquelle le nationalisme l’avait confinée et où elle s’était enlisée. Du coup, deux dimensions entièrement nouvelles s’offraient au regard et au travail du chercheur : la fréquentation des universités par les étudiants, et l’approche quantitative, sérielle des sources. Très tôt, ce renouveau donnait lieu à des tentatives locales de traitement des données sérielles par ordinateur, comme dans les travaux de Peter Denley, et bien d’autres initiatives de recensement collectif, tantôt manuel, tantôt numérique doivent être signalées pour les périodes anciennes. Je nommerai ici simplement les projets bien connus de Rainer-Christoph Schwinges (l’Empire germanique), Gian Paolo Brizzi et ses collègues (Italie), Jean-Philippe Genêt (Paris), Jacques Verger (France), James K. Farge (Paris), Marc Nelissen (Louvain), Hilde de Ridder-Symoens (Orléans, les Pays-Bas méridionaux), Hans Bots (Brabant septentrional), Samme Zijlstra (Frise), Patrick Ferté (France du Midi), et pour une période plus récente Victor Karady ou Christoph Charle (les professeurs en France), sans oublier les différents répertoires préparés pour les collèges anglais d’Oxford et Cambridge, ou les travaux d’ensemble sur l’Écosse, les Irlandais réfugiés sur le continent, ou les différentes formes de pérégrination académique à travers l’Europe. Cependant, presque tous ces projets restaient confinées à un cadre institutionnel ou national, soit comme point de départ soit comme point d’arrivée.

Ce fut dans les années 1970 à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales de Paris, moins ancrée dans les contraintes nationales que les universités elles-mêmes, qu’un projet plus large, plus ambitieux et novateur quant à sa portée géographique fut mis en chantier sous la direction de Roger Chartier, Jacques Revel, Dominique Julia, et moi-même. Ce projet international de prosopographie étudiante fut publiquement annoncé dans un article-programme de Roger Chartier et Jacques Revel, « Université et société dans l’Europe moder­ne: position des problèmes », paru dans la Revue d’histoire moder­ne et contemporaine, 25:3 (juillet-septembre 1978), p. 353-374, et reproduit en 1980 dans le volume-programme L’Histoire des universités, problèmes et méthodes de la ‘Ière session scientifique internationale’, qui avait été organisée en mai 1978 par les historiens de Cracovie (Pologne), pour jeter un pont entre les travaux des chercheurs de l’Occident et ceux de l’Europe encore dominée par les régimes communiste. Cet article a eu un grand retentissement parce qu’il entendait sonner le glas d’une histoire des universités purement institutionnelle, médiévale et axée sur l’histoire des idées pures, tout en ouvrant les problématiques vers le quantitatif, le social, le culturel, et l’international, et en prenant les étudiants au sérieux comme sujets d’une histoire universitaire digne de ce nom. Parmi les résultats de ce projet je cite, outre ma propre thèse quantitative sur les gradués des Provinces-Unies (1981), les deux volumes intitulés Histoire sociale des populations étudiantes dont le premier (1986) réalisait une visée proprement internationale.

Dans les années 1980, la convergence de ce double mouvement innovant avec les questions que les universités européennes commençaient à se poser sur leur propre destinée historique et leur chances d’avenir a conduit la Conférence Permanente des Recteurs, Présidents et Vice-Chanceliers des Universités Européennes (CRE) à Genève, guidée par quelques spécialistes d’envergure internationale, à proposer la rédaction d’un manuel d’histoire des universités européennes à l’intention des dirigeants universitaires. La prise en compte du renouveau de l’histoire des universités et la visée résolument européenne de l’entreprise devaient permettre aux recteurs un regard nouveau dépassant l’institutionnel pur et le nationalisme étroit. Accessoirement, ce manuel devait faire table rase de la mythologie rampante des origines universitaire s’exprimant dans les jubilées et fêtes centenaires, tout en remettant les études et les étudiants au centre de la discipline. Après un Répertoire des universités européennes (incluant les universités fondées hors l’Europe mais de type européen) préparée par une équipe internationale coordonnée par Lubor Jílek (1984), une History of the University in Europe (actuellement 4 volumes parus) fut mise en chantier sous la direction globale du sociologue suisse Walter Rüegg et la direction compétente des deux premiers volumes (1992-1996) par Hilde De Ridder-Symoens. La nouveauté de l’entreprise à visée résolument européenne résidait non seulement dans le parti-pris d’une confrontation systématique des recherches et des chapitres entre les participants, spécialistes de l’histoire des universités nouvelle, mais aussi dans leur contrôle systématique par un réseau très dense de conseillers nationaux afin de garantir la couverture proprement européenne des volumes. Ce cette entreprise a certainement ravivé le sens de l’international dans l’histoire des universités, mais, concomitante avec l’arrivée du numérique dans la recherche globale en histoire sociale et culturelle, elle a aussi préparé le terrain pour une approche d’ensemble autour de la problématique des flux d’étudiants.

Ce fut Hilde De Ridder-Symoens, spécialiste des flux internationaux d’étudiants à l’époque médiévale et moderne qui, vers la fin de 1996, dans le cadre des travaux de l’association néerlandaise d’histoire des universités Batavia Academica, suggéra d’engager un jeune historien pour faire un rapport en anglais sur les possibilités pratiques et techniques qu’il y a d’établir une banque de données internationale sur les étudiants et leurs mouvements. Quels inventaires existent déjà? Quelles sources d’archives? Et quel type de sources faut-il privilégier : registres matricules, listes de recension, registres de gradués, disputations, sources financières, etc. Ce rapport devrait se faire en deux phases : dans une première phase il fallait défricher le champ pour les Pays-Bas (on y appellerait une telle banque de données ‘Datastud’), ensuite on l’élargirait vers toute l’Europe. Le rapport national fut effectivement rédigé par le chercheur engagé, mais le texte ne présenta pas suffisamment de qualités pour aller au-delà et il s’avérait d’emblée qu’il faudrait une équipe internationale pour venir à bout des particularités que le nationalisme éducatif avait introduit au cours des derniers siècles dans l’organisation et l’administration des universités européennes. Aussi, après une journée de discussion au Constantijn Huygens Instituut à La Haye (le 2 octobre 1998),  en présence d’Olga Weijers, liée à l’IRHT de Paris, où l’on tenta une jonction avec la recherche en histoire médiévale en proposant la confection de répertoires sur les méthodes d’enseignement dans les universités, du Moyen Age à 1700, il fut décidé de ne pas en  rester au Moyen Age mais de construire un réseau européen en histoire des universités englobant tous les siècles prérévolutionnaires. Le projet ‘New tools for university history’, proposé le 6 octobre 1998 par Hilde De Ridder-Symoens, reçut le 1er décembre 1998 une subvention pour 5 ans de l’Organisation Flamande de Recherche Scientifique (FWO): le budget serait d’environ 12.500 euros par an. En janvier 1999, le projet fut rebaptisé Fasti, d’après l’ouvrage de Valerius Andreas, Fasti studii Lovaniensis (1650), qui avait préludé à l’esprit de l’entreprise. Parallèlement, Hilde De Ridder et le soussigné s’efforçaient d’obtenir financement pour un programme axé davantage sur le contenu et qui aurait pour titre provisoire ‘Les intellectuels européens’ mais qui commencerait par les intellectuels des Pays-Bas Nord et Sud. Dès 2000, ils essuyaient cependant partout un refus poli : ni l’Académie néerlandaise (KNAW), ni le Constantin Huygens Instituut de La Haye, ni l’Organisation de recherche scientifique néerlandaise (NWO), ni l’European Science Foundation ne voulaient y mettre de l’argent, par même pour une table ronde exploratrice. Les organismes officiels voulaient seulement financer des projets à court terme et à résultat immédiat, et refusaient tout investissement dans des instruments de travail à long terme.

Fasti tint sa première réunion les 30 avril – 1er mai 1999 à Louvain, avec la Commission Internationale d’Histoire des Universités (CIHU) dont Hilde De Ridder-Symoens avait été élue présidente. Les participants, parmi lesquels les chercheurs flamands de Louvain et Gand dominaient, se constituèrent en Steering Group et fixèrent les objectifs du projet. Ceux-ci étaient théoriques (la collaboration et la réflexion sur l’histoire des universités européenne et ses relations avec la nouvelle histoire intellectuelle et l’histoire des sciences), empiriques (produire des répertoires et publier des sources numériques), et pratiques (que faire pour les inévitables et incontournables les célébrations de centenaires etc.). Il fut décidé que l’université de Louvain serait pris comme cas de départ : on construirait des banques de données numériques et commencerait par construire un site web (Marc Nelissen). Par ailleurs, il faudrait intégrer les différentes formes d’histoire liées à l’université – une tâche pour la CIHU. Quant à la dimension internationale, il fut décidé d’organiser des ‘workshops’ (tables rondes) pour discuter de la technique (sur le numérique, à Louvain), de l’édition de matricules et d’autres sources (en faisant appel à Jacques Verger et Rainer Schwinges), de la prosopographie (par Hilde De Ridder et Peter Denley), de continuer à faire une bibliographie internationale (publiée dans History of Universities), et de rechercher des modèles archivistiques. Enfin, il faudrait formuler avec plus de précision le programme définitif autour des pôles suivants: la bibliographie, les archives (‘archive management & archive guides’), l’édition de textes, et les bases de données prosopographiques sur les étudiants et les professeurs

Après une réunion intermédiaire de Fasti à Dublin (toujours avec la CIHU), le 5 novembre 1999, à l’invitation de Helga Robinson-Hammerstein, une seconde table ronde internationale fut organisée par Ad Tervoort à l’Université Libre d’Amsterdam, les 30-31 mars 2001, sous le titre ‘Repertorium Academicum: On the construction of large university student databases’. Son objectif était de partager les expériences sur les aspects techniques (hardware, software [logiciels], l’infrastructure nécessaire, etc.). La présence de spécialistes d’archivistique et d’informatique permettait d’aller au-delà des désidérata et des vœux pieux, en s’interrogeant sur la possibilité d’un modèle à structure universelle. Trois types de banques de données furent définis:

  • SOC : Source oriented database (// selon la structure de la source)
  • POD : Project oriented database (// répondant aux questions de la recherche)
  • MOD : Model oriented database (// selon un modèle plus général non typique pour l’histoire des universités mais adapté).

Un consensus se fit pour le no. 3, la MOD, la banque de données étant une méta-source offrant la possibilité d’introduire des données de sources différentes et variées. Toutefois, il fut reconnu que l’incorporation des termes exacts des sources demeurait obligatoire. La base de départ serait la Person Identification File (PIF). On pourrait éventuellement ajouter d’autre tableaux pour insérer des données différentes, telles que les informations biographiques, les références aux sources utilisées, les variantes onomastiques, etc.

En somme, il faudrait

  1. Créer une structure de banque de données légère, flexible et accessible à tous, commune et  supranationale, pour la prosopographie.
  2. Créer une structure parapluie pour lier les banque de données en histoire des universités entre elles.

La troisième table ronde de Fasti se tint à Gand, les 14-15 juin 2002, et fut poursuivie à St-Amand Montrond, les 3-6 octobre 2002. Elle se présenta comme le suite de la réunion d’Amsterdam pour la présentation et l’examen des problèmes pratiques. Les propositions concernant la MOD et les PIFs furent entérinées et il fut rappelé qu’une structure peu rigide serait absolument nécessaire pour pouvoir introduire les variantes que les systèmes nationaux imposeraient. Il faudrait en tout cas assurer partout le minimum de données nécessaires pour identifier la personne (le minimum biographique essentiel) et pour pouvoir reconstruire le curriculum ou la carrière personnelle des personnes identifiées, l’identification concrète, plus étendue, de personnes uniques pouvant être remise à plus tard.

La quatrième réunion de Fasti, tenue à Gand les 2-4 octobre 2003, avait pour objectif de réfléchir sur l’avenir de l’histoire des universités à la lumière du développement technologique et de nouvelles méthodes. La table ronde était organisée comme un forum pour échanger des idées et des pratiques. Les questions portaient sur les nouvelles technologies, en évolution rapide, mais aussi sur les sources nouvelles ou peu évidentes: par exemple les sources iconographiques, les cérémonies (pensons au rang dans les cortèges !), l’histoire orale, ou les sources non-universitaires. Ce fut, en somme, l’irruption de la nouvelle histoire culturelle dans un domaine culturel jusqu’alors passablement dominé par les approches de l’histoire sociale.

La table ronde de Gand marqua la fin formelle du projet Fasti, qui en 1998 avait reçu financement pour une période de cinq ans. Cependant, la recherche ne s’est pas arrêtée pour autant, quand bien même il n’y a plus de plateforme de discussion et de rencontre internationale. Rien d’étonnant donc à ce que après quelques années de nouvelles initiatives de rencontre, de débat et de collaboration ont été prises. Je ne citerai ici que quelques-unes des tout dernières qui se situent clairement dans la suite de Fasti ou de l’esprit international et coopératif de cette entreprise. Ainsi la table ronde internationale organisée les 1-3 octobre 2008 à Poitiers autour de la pérégrination académique, en particulier pour le lancement du Repertorium academicum Pictaviense, et celle du 23 mars 2011 dans la même ville sur les circulations étudiantes européennes; ou encore la réunion de la CIHU consacrée à la présentation et la discussion des projets en cours, tenue pendant le Congrès international des sciences historiques à Amsterdam en août 2010; enfin les tables rondes organisées les 5 novembre 2010 et 23-24 juin 2011 à Paris par Jean-Philippe Genêt, Thierry Kouamé et Hicham Ibadal (comme spécialiste technique du numérique) autour du projet Studium Parisiense.

En résumant, l’histoire de Fasti, la préhistoire d’Héloïse, nous fournit déjà un petit répertoire des problèmes qui demeurant à discuter :

  • –       La technique (le système), qui est en évolution très rapide. Est-il toujours possible de réaliser un système commun ?
  • –       Quant à la base de données : comment l’organiser ? Quelle structure ? Comment assurer la compatibilité ?  Peut-on /doit-on aller vers un modèle général, universel ? Ou suffit-il d’assurer la transférabilité ?
  • –       Les sources : comment réconcilier les différences de données, de langue, de terminologie, de période, etc.?
  • –       L’interprétation : faut-il traduire le latin, et peut-on le faire toujours impunément, sans risque d’erreur? Pensons aux noms de personnes et de lieux, aux indications professionnelles. Et en identifiant les lieux, quelles frontières faut-il respecter ou conserver ?
  • –       La prosopographie ou la généalogie : comment identifier les personnes, que faire des patronymes, des noms communs différents des noms latins, etc.

Et plus largement :

  • –       Côté contenu : qu’est-ce qu’un étudiant  exactement?
  • –       Et comment dépasser le purement social pour intégrer les aspects culturels ? Pensons au cultural turn, et au performative turn