Archives par étiquette : étudiants

Parution: Répertoire géographique des Étudiants du Midi de la France (1561-1793)

Patrick Ferté, Répertoire géographique des Étudiants du Midi de la France (1561-1793). Pour une prosopographie des élites, tome VII : diocèse de Toulouse, avec compléments des tomes I à VI. Toulouse, Presses de l’Université de Toulouse I Capitole, 2015, 556 p.

Le présent tome 7 clôture la série des corpus étudiants des anciens diocèses du Midi languedocien au sens très large, recensés de 1561 à la Révolution dans toutes les universités françaises documentées. Consacré aux natifs du diocèse de Toulouse, il rassemble environ 6 400 étudiants, tant prêtres que juristes ou médecins. Un corpus additionnel d’un gros millier d’étudiants glanés au cours d’ultimes dépouillements a été joint pour compléter les volumes précédents, particulièrement le tome V audois et héraultais, et parachever l’effort d’exhaustivité.
Rappel sur la collection

Fruit d’un dépouillement systématique de toutes les archives universitaires disponibles, ce Répertoire géographique rassemble un total d’environ 48 000 étudiants méridionaux des 4 facultés (droits, théologie, arts et médecine), saisis sur l’essentiel des campus fréquentés (Toulouse, Cahors, Avignon, Montpellier, Aix, Orange, Reims, Poitiers, Genève et Paris) de 1561 à la Révolution. Continuer la lecture

New online database

Deux nouvelles bases en lignes / Two new online datadbase:

  • EXTRANEI – Les étudiants étrangers en France à l’époque moderne (16e-18e s.) (P. Ferté- FRAMESPA -Université de Toulouse)
  • CAT – Etudiants et professeurs de l’université de Toulouse (16e-20e) (P. Ferté/C. Barrera)- FRAMESPA -Université de Toulouse)

Repertorium Academicum Pictaviense [RAP]

Les étudiants de l’Université de Poitiers sous l’Ancien Régime :

le RAP (Repertorium Academicum Pictaviense)

Les recherches sur les étudiants de l’Université de Poitiers ont été initiées par Jean Hiernard, qui le premier a redécouvert les anciens registres universitaires et s’est attaché à les dépouiller. Son attention s’est particulièrement portée sur les étrangers, allemands ou hollandais, passés par Poitiers aux XVIe et XVIIe siècles au cours de leur peregrinatio academica ; ses études sur cette question sont rassemblées dans Les routes européennes du savoir : Vita peregrinatio. Fin du Moyen Âge-XVIIe siècle, Paris, Les Indes savantes, 2011.

Outre Jean Hiernard, les responsables scientifiques du programme sont actuellement Yannis Delmas et Denise Turrel (enseignants chercheurs à Poitiers) ; une doctorante (Marine Ricou) est associée à l’équipe. Le projet du RAP est intégré dans le 13e CPER (Contrat de Projet Etat-Région 2007-2013, dans l’axe Patrimoine et Territoires) et bénéficie du soutien de la Fondation de l’Université de Poitiers.

Le répertoire des étudiants de l’Université de Poitiers depuis le XVIe siècle (Repertorium Academicum Pictaviense) est en ligne. Il est fondé sur le corpus d’archives de la faculté de droit, dont les registres de grades sont conservés depuis 1575, et les matricules à partir de 1658.

Les données sérielles enregistrées pour chaque acte sont :

  • la dénomination (telle qu’elle est lue) : avant-nom, prénom latin, nom, variante, titre, seigneurie ;
  • l’origine géographique de l’étudiant (diocèse, ville, pays ou province, parfois) ;
  • l’événement (graduation, immatriculation, début des enseignements, etc.), discipline, date (telle que lue) ;
  • le ou les professeur(s) signataire(s) de l’acte.

A la date de fin 2012, 15 000 événements sont publiés, correspondant à 5 000 noms et couvrant la période 1575-1653. A peu près autant sont saisis et en cours de traitement. La numérisation des sources archivistiques est prévue mais n’est encore actuellement que partielle. A terme la base offrira une double publication, l’image de l’original étant disponible à côté de sa transcription textuelle sous forme tabulaire.

La base en cours répertorie ainsi progressivement la plupart des élites poitevines de l’Ancien Régime, et comprendra la totalité des officiers ayant exercé dans les juridictions royales de la région. Elle intègre également des informations précises sur les étudiants extérieurs (au Poitou ou au royaume de France) venus prendre leurs grades à Poitiers. Il est prévu d’approfondir sa dimension prosopographique par le croisement avec les autres sources disponibles (registres paroissiaux des régions d’origine, archives judiciaires et notaires).

Une convergence avec d’autres projets proches est en cours, en particulier à travers le programme PERSONÆ coordonné par le CESR de Tours, qui englobe entre autres la base Budé. Le travail de réflexion et de choix méthodologiques entrepris avec ces équipes travaillant sur des corpus semblables devrait aboutir à la construction d’un portail commun et au développement d’outils facilitant l’exploration de ces bases, l’analyse des données (par exemple la définition de mesures de similitude entre deux personnages), et enfin la visualisation des éléments en particulier géographiques. L’éventail des recherches et des résultats possibles dépassera alors la simple mise à disposition de fiches prosopographiques. Pour identifier les étrangers, et reconstituer les parcours universitaires (suivi des étudiants extérieurs à Poitiers et des pérégrinations européennes des Poitevins), un travail d’homogénéisation du format et de la description des données poitevines, par rapport aux autres données françaises et européennes, doit permettre les échanges entre les bases en favorisant en particulier la résolution des problèmes d’identification des noms de personnes et de lieux. C’est entre autres le but du réseau Héloïse.

Les étudiants français, francs-comtois et savoyards dans les universités italiennes (XVIe siècle)

Présentation de Nicole Bingen, sur le projet « Recensement des étudiants français, francs-comtois et savoyards de langue française ayant fréquenté les universités italiennes de 1480 à 1599« .

Entrepris vers 2000, avec l’objectif d’apporter un complément aux travaux d’Émile Picot, ce projet vise à recenser les étudiants de trois zones de langue française (France, Franche-Comté et Savoie d’expression française) ayant fréquenté les universités italiennes de 1480 à 1599. Chaque étudiant fait l’objet d’une notice divisée en trois parties. La première fournit les attestations directes ou indirectes de sa présence dans telle ou telle université. Les attestations directes proviennent des archives universitaires ou notariales. Les attestations indirectes sont tirées des correspondances humanistes, des mémoires, des dédicaces, des ouvrages publiés, etc. La seconde partie offre, le cas échéant, une discussion sur la validité des sources et des considérations sur le parcours académique de l’étudiant. La troisième partie est constituée par une courte biographie. Il est vite apparu en effet que la récolte des données primaires (attestations), indispensable dans un premier temps, devait être évaluée, voire corrigée (les notaires aussi font des erreurs) à la lumière d’une connaissance plus approfondie du personnage, de sa famille et de son milieu. Grâce à ce travail, on a pu éliminer toute une série de « doublons», comme des personnages cités sous leur patronyme par certains documents et sous leur nom de terre par d’autres ou dont les patronymes ont été écrits de manière si diverse qu’on les a considérés comme des étudiants différents. On a pu éliminer aussi certains personnes citées par des documents universitaires, mais qu’on ne peut pas tenir pour des étudiants : ainsi, des voyageurs de passage ou des parents plus âgés venus assister à des doctorats. On a pu aussi mettre en évidence les lacunes de certaines généalogies, pas toujours innocentes dans la mesure où, par exemple, certains étudiants passé à la Réforme ont été « gommés » des généalogies. Des personnages très connus, comme Germain et Nicolas Audebert, Jean de Boyssoné, Pierre Bunel, Symphorien Champier, Étienne Dolet, Gilbert Cousin, Michel de L’Hospital, Christophe de Longueil, Antoine Perrenot de Grandvelle, François Perrot, Miles Perrot, Jean de Pins, François de Sales, François Tissard, Claude-Énoch Viret et bien d’autres, ont fait l’objet d’analyses détaillées pour préciser au mieux leur parcours universitaire ou, le cas échéant, pour rejeter la tradition qui leur attribuait des études universitaires en Italie. Le travail se présente donc en deux grandes parties. La première recense tous les étudiants retenus. La seconde contient les cas douteux dont on ne sait s’ils entrent ou non dans les limites spatiales et chronologique retenues, les étudiants-fantômes (personnages inexistants issus d’erreurs d’interprétation de documents) et les personnages, qui, à première vue  pouvaient être tenus pour des étudiants, mais qui ont être écartés pour une raison ou l’autre. Pour de plus amples détails, on se reportera à l’article « Les étudiants de langue française dans les universités italiennes à la Renaissance : mise à jour du recensement et analyse des données », paru dans Les échanges entre les Universités italiennes à la Renaissance, éd. par M. Bideaux et M.-M. Fragonard, Genève : Droz, 2003, pp. 25-43). Le travail, commencé il y a plus de dix ans, comporte plus de 2400 notices. En principe, il devrait paraître en 2013. Il n’a été possible que grâce à une collaboration intense avec des chercheurs de diverses universités italiennes qui ont fourni bien souvent du matériel inédit et qui ont effectué de nombreuses vérifications de données dans les archives.

 

Repertorium Academicum Germanicum

The RAG’s task is to collect biographical and social data on those Theologians, Jurists, Physicians, and Masters of Arts, who studied at a university between 1250 and 1550. The information is entered into a prosopographic database that will eventually cover the entire territory of the Holy Roman Empire. Non-graduated noble visitors of universities are also taken into account. The RAG, which in the end will be a “who is who” of the scholars of the Old Empire, offers divers new and interdisciplinary perspectives due to its vast collection of data. Qualitative and quantitative statements on the intellectual elite of the Empire, their European networks, as well as institutional and territorial comparisons will be possible. Thus the scholars’ role in pre-modern society can be described on a firm empirical basis and explained within the framework of modern educational research, with special reference to social, cultural, and scientific history. 45,000 to 50,000 scholars are to be expected.

The RAG is supported by the Bayerische Akademie der Wissenschaften (Historische Kommission bei der Bayerischen Akademie der Wissenschaften) within the framework of the Academies’ Programme of the Federal Republic of Germany, the Free State of Bavaria and the German state of Hesse.
Apart from that the RAG is an institution of the Swiss Academy of Humanities and Social Sciences.
At the moment two groups work simultaneously on the project, one at the University of Berne, Switzerland and one at the Justus-Liebig-Universiät in Gießen, Germany.
The overall management lies with Prof. Dr. Rainer Christoph Schwinges, Berne.

Academic Databases in eastern Europe

Text: Victor Karady, Professor, History Department Central European University (Budapest), Former research director emeritus of the French CNRS (EHESS)

[karady /at/ gmail.com]

 

Processed prosopographical databases (sets of statistical tables for multivariate data analyses) related to students and educated elites in Hungarian institutions of higher education[1] (cc. 1867-1949) produced in the framework of the research project :

  • « Culturally composite elites, regime changes and social crises in multi-ethnic and multi-confessional eastern Europe (The Carpathain Basin and the Baltics in comparison, cc. 1900-1950)[2]; Realized thanks to the financial support of the European Research Council (Advanced Leadership Grant ELITES08)[3]

Intoduction

The data banks referred to below concern prosopographies with varying contents, depending on the existence, the accessibility and the personal information comprised in the sources exploited. The latter were both archival ones (mostly inscription files and exam records) and printed ones (lists of alumni enrolled, graduates, members of student or professional associations, etc.). The data consigned in the personal files draw essentially upon the following information :

  • life cycle (place and date of birth and – occasionally – death)
  • educational track (secondary schools and institutions of higher education attended – those abroad included – with dates of attendance, degrees obtained, scholarships awarded, grades obtained)
  • social background (parents’ profession, residence, religion, mother tongue, ethnic belonging or origin)
  • professional career and success (from lists of professionals, publications, citations in national biographical dictionaries, encyclopaedias).

With some exceptions for all the student populations cited below computerized prosopographies are available (in Access or SPSS programs) together with a sizable collection of statistical tables for each, prepared for multivariate analyses. A number of relevant publications are in preparation on different clusters of students and graduates (like jurists, medical doctors, artists, theologians, etc.) aiming explicitely at the comparative study of the collective properties of alumni having emerged from different institutions of higher learning training students for the given sector of professional activity. Some of the basic prosopographies are prepared for publication as such.[4]

All data banks listed below may be consulted upon demand for purposes of academic or even genealogical reseach.

List of available computerized and statistically processed prosopographies



[1] Besides the data banks below on alumni of post secondary education in Hungary, several other large scale computerized prosopographical data collections have been achieved for Hungary (within its historically changing territories) in the framework of the project. The biggest among them concern the prosopographies of classical secondary school graduates for 1851-1950, amounting to 281.000 cases registered.

[2] The data banks referred to below do not include those collected in the same project for the Baltic countries and for regions detached from Hungary after 1918 (Slovakia, Transylvania and surrounding regions, Voivodina), that is for the period when their educational provision of these territories was placed under the authority of successor states – Czechoslovakia, Romania, Yugoslavia.

[3] Exhaustive surveys of enrolled students unless otherwise indicated. Reference to universities and other institutions of higher education abroad concern only students from Hungary (by birth or by residence).

[4] See for example: Victor Karady and Lucian Nastasa (ed.), The University of Kolozsvár/Cluj and the Students of the Medical Faculty (1872-1918), Cluj, Ethnocultural Diversity Resource Center, Budapest-New York, Central European University Press, 392 pages.

 

Pool Corpus

Le Pool Corpus a pour ambition d’héberger des bases de données universitaires accessibles en ligne. Elles mettent ou mettront à la disposition des chercheurs des données brutes, sous forme de notices individuelles, sur les acteurs de l’université (étudiants et professeurs), résultats de campagnes de dépouillements systématiques. Ces bases s’inscrivent dans un projet scientifique relevant de la démarche prosopographique et de l’approche géostatistique nominative. Elles s’intègrent dans des projets scientifiques sur l’histoire des élites, sur l’histoire des professions libérales, administratives et universitaires, sur l’histoire de l’université, sur l’histoire socio-religieuse, sur la circulation des savoirs en Europe et dans le monde, sur l’histoire culturelle des relations internationales. Le Pool Corpus abrite ou abritera prochainement deux types de bases : des bases locales sur l’université toulousaine (l’une d’elle est déjà consultable) et des bases nationales : la base sur les étudiants étrangers de France (XVIIe-1945), la base sur les étudiants de certaines des provinces françaises (XVIe-XVIIIe siècles), la base sur les médecins en France (XVIe-XIXe siècles).

Caroline Barrera & Patrick Ferté