Une base de données sur l’Humanisme et la Renaissance

Présentation de Marie-Elisabeth Boutroue (IRHT)

Contrairement  à nombre des bases de données présentées lors du colloque international de Poitiers en mai 2012, la base BUDE, conçue et mise en place par la section de l’Humanisme de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (IRHT – UPR 841 du CNRS) ne concerne pas que le personnel académique des universités anciennes. Tout à l’inverse, elle a vocation à garder la trace de tous ceux, auteurs bien connus ou humbles serviteurs, qui constituent l’arrière plan humain de la Renaissance, entendue au sens large, de Pétrarque à Peiresc.

Le point de départ de ce projet de base de données était la nécessité de mettre à la disposition des chercheurs un fichier manuel, celui de la section de l’Humanisme, qui cumulait de nombreux inconvénients. Comme fichier, il était techniquement clos. Établi à partir de dépouillements faits par les chercheurs de l’équipe pour servir la bibliographie sur l’Humanisme et la Renaissance, son enrichissement systématique avait cessé au moment où l’équipe s’était engagée dans d’autres programmes, et, tout particulièrement, dans le programme qui constitue aujourd’hui encore le principal engagement de la section : Europa Humanistica. Nous savions donc, avant même de commencer à concevoir une structure qu’il n’y aurait pas de banque de données sans une mise à jour bibliographique. Par ailleurs, la documentation déjà rassemblée, et celle que nous amassions pour le programme Europa Humanistica n’était pas exclusivement prosopographique. À vrai dire, ce qui nous intéresse à l’IRHT, c’est la cohérence d’ensemble qui unit les hommes aux œuvres, les œuvres à la transmission des cultures et des savoirs, et la culture aux livres qui en sont le support privilégié tant sous leur forme manuscrite que par le biais des imprimés anciens.

Très rapidement, il est apparu que nous cherchions plutôt une représentation à la fois globale et précise qu’un outil spécialisé dans la description codicologique des manuscrits ou des incunables. En entrant dans le détail de la conception, il est aussi rapidement devenu clair que l’outil devait mettre l’accent sur les relations entre les gens, entre les livres, entre les institutions plutôt que de juxtaposer, en les additionnant, des fiches parallèles. Enfin, pour avoir moi-même déjà beaucoup encodé de corpus – depuis une époque où les schémas xml n’existaient, même pas dans les rêves les plus fous des développeurs –, je souhaitais adopter une forme ergonomique et même, si possible, ludique.

Tel était le cahier des charges général à la fin des années 1990. J’ai alors développé une première maquette, sous Ms Access, pour délimiter le périmètre des différents objets à décrire et établir une grammaire des descripteurs souhaités. Cette première base fut en service jusque dans les premières années du XXIe siècle. Elle fut remplacée par la première version de BUDE, application développée par une société privée, avec un financement du ministère de la Recherche dans le cadre d’une ACI.

À partir du premier schéma de la base BUDE, nous avons rencontré régulièrement les informaticiens de la société chargée du développement pendant deux années afin d’établir un cahier des charges précis. Chemin faisant, nous progressions aussi dans la qualité de l’échange, acceptant de perdre du temps pour cerner tous les aspects de la base, et c’est là une des conditions essentielles pour qu’un projet de ce type connaisse une issue favorable. La base BUDE, acronyme pour Base Unique de Documentation Encyclopédique ou désignation éponyme de l’humaniste, fut mise en ligne en juin 2007. La version 1 vient d’être remplacée par une version 2 ajoutant de nouvelles fonctionnalités.

Dans son premier état, la base BUDE permettait la gestion d’informations concernant les personnes, les œuvres, manuscrites ou imprimées, les images. Sans entrer dans le détail d’une application qui compte plus de cent cinquante tables, il n’est sans doute pas inutile de décrire quelques-unes de ses particularités parce qu’elles résultent de choix de description historique, pour lesquels nous avons beaucoup réfléchi et sur lesquels nous n’éprouvons –aujourd’hui encore– aucun besoin de revenir.

Du côté des personnes, notre effort a porté sur deux points que nous considérions comme fondamentaux : la désignation et le nom d’une part, les relations et les milieux d’appartenance d’autre part. Pour les noms, la base couvrant à la fois ce qu’on appelle traditionnellement la fin du Moyen Âge, en plus de la période moderne, il nous est apparu que la segmentation nom/prénom n’était absolument pas nécessaire. En revanche, la pluralité des désignations, les variations linguistiques ou orthographiques, le typage des noms l’étaient. La même observation vaut aussi pour les désignations  institutionnelles ou familiales, pour lesquelles la base requiert un maximum de précision.

L’autre aspect qui nous semblait justifier la mise en chantier de la base BUDE tenait dans la nécessité de situer chaque personnage dans un ou plusieurs milieux intellectuels, politiques, culturels, dans des alliances familiales et des appartenances religieuses. Nous souhaitions ainsi rendre compte de l’interdépendance des personnages entre eux pour faire apparaître, par exemple, les relations nouées à l’issue de la très classique peregrinatio academica d’un humaniste ou celles dépendant de l’entourage d’un imprimeur. La base BUDE présente donc cette caractéristique, – assez neuve au moment de sa mise en ligne, – de décrire sémantiquement les relations entre les personnages en n’oubliant pas la description des relations réciproques. Un personnage donné se voit ainsi gratifié de relations diverses ainsi formulées : x est le père de y (et la réciproque) ; x est le disciple de y (et la réciproque) ; x est en relation épistolaire avec y (et la réciproque). Ces listes de relations sont nécessairement ouvertes, mais leur accroissement se fait de la façon la plus parcimonieuse possible, la majorité des « types de relations possibles » étant déjà entrée dans la base.

À côté de ces aspects qui intéressent directement la prosopographie, la base BUDE décrit aussi des œuvres. Contrairement aux bases catalographiques, elle distingue nettement trois niveaux de description des œuvres allant de l’entité auteur/texte à la description d’un témoin (manuscrit) ou d’un exemplaire (imprimé) en passant par cet état intermédiaire qu’est l’édition idéale (la somme et la moyenne de tous les exemplaires connus et par exemple l’édition romaine de l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien publiée à Rome par Sweynheym et Pannarts en 1470) ou l’avatar manuscrit qui renvoie souvent à un état ancien d’un manuscrit. C’est le cas par exemple pour ceux des témoins médiévaux qui ont été dépecés à la Renaissance et se retrouvent aujourd’hui fragmentés dans plusieurs collections.

Bien entendu, la base devait aussi se doter d’un module bibliographique et gérer de la documentation iconographique. Ce dernier point mérite quelques précisions supplémentaires. Bien que BUDE soit parfaitement capable de gérer des collections complètes d’images, il n’entrait nullement dans nos intentions d’en faire une bibliothèque numérique. Il existe pour cela de bien meilleurs outils, en commençant par les Bibliothèques virtuelles humanistes (BVH) développées par le CESR (Tours), sous la direction de Marie-Luce Demonet. Dans nos esprits, BUDE devait développer les informations encyclopédiques relatives aux textes que les BVH mettaient en ligne. Ce projet impliquait qu’à un moment de leur histoire, ces deux bases conçues comme un ensemble en deux applications séparées apprennent à dialoguer entre elles. BUDE ne devait pas non plus se transformer strictement en banque de données d’images. Il existe là encore des produits spécialisés reposant, par exemple, sur l’utilisation de thesaurus pour décrire le contenu des images. Il n’y a donc pas ce type d’outil dans la base BUDE.

Il restait donc à gérer des images dont l’intérêt était strictement documentaire. Parmi celles-ci, deux catégories répondaient particulièrement à notre projet scientifique : les portraits et les autographes. Pour les portraits, si la structure existe, la saisie des images et leur traitement n’a pas encore connu de développements remarquables. En revanche, les autographes sont en cours de traitement et l’inscription de ce programme dans le cadre de l’equipex Biblissima permettra d’ajouter à la description des carrières d’humanistes une information plus précise sur leur écriture personnelle, autant que possible dans les différentes langues que ces humanistes pratiquaient.

La version 2 de la base BUDE, mise en ligne en juillet 2012, a permis de compléter la structure en ajoutant aux modules déjà disponibles celui qui concerne la description des correspondances, non comme des recueils (cela était déjà possible auparavant) mais lettre par lettre. Comme dans le reste de l’application, il s’agit, en décrivant préférentiellement des lettres inédites, peu disponibles ou mal connues, de restituer par ce biais quelque chose des cercles culturels dans lesquels nos humanistes étaient actifs. Une lettre cryptée de François Ier à l’un de ses ambassadeurs révèle la réalité de la fonction de ce personnage et les dessous de la politique étrangère royale. Une lettre de Peiresc (1580-1637) à Charles de l’Écluse (1526-1609) donne de son côté à comprendre la tonalité et la vivacité des échanges savants parmi les naturalistes de la fin du xvie siècle.

Il y avait, enfin, un dernier aspect de la base qui nous tenait à cœur : la base BUDE devait être un outil partagé (on ne disait pas encore « collaboratif » !) entre les équipes du réseau Europa Humanistica qui le souhaitaient, et au-delà. L’intérêt du partage, dans notre esprit, devait permettre à chacune des institutions partenaires de saisir ses données en identifiant la source et de les récupérer, enrichies par les apports des autres équipes. Pour cela, les informations entrées par une équipe sont marquées, et, bien entendu, une information peut-être marquée par plusieurs équipes de chercheurs. Ce fonctionnement a une conséquence : il n’y a pas de repérage individuel des contributeurs modernes dans la base BUDE. L’unité de fonctionnement est l’institution si bien que, par exemple, toutes les données entrées par la section de l’Humanisme apparaissent comme IRHT-Humanisme, sans distinction de rédacteur.

Une autre conséquence est, bien entendu, la prise en charge du multilinguisme. Nous tenons pour établi, dans notre équipe, que le fait de demander à des chercheurs de s’exprimer dans une langue qui n’est pas la leur est un fait politiquement non neutre et particulièrement dommageable du point de vue de la précision et l’exactitude des informations historiques. Nous sommes donc engagés dans une voie très inconfortable, mais indispensable, de traduction non seulement de l’interface (ce qui est assez simple, mais très long), mais aussi des informations elles-mêmes (ce qui est encore plus long et très compliqué). Le partage de l’application a aussi entraîné la mise en œuvre d’un sas de validation des données, avant leur mise à la disposition du public.

Dans l’état actuel, la base BUDE compte entre 12000 et 13000 personnages. Bien entendu, tous les personnages cités ne sont pas strictement des humanistes. Ce corpus représente non seulement la part des fichiers de l’IRHT déjà saisie dans BUDE, mais aussi les apports des équipes qui utilisent BUDE pour leurs propres descriptions. À ce jour, la base est utilisée par nos collègues de l’université de Lisbonne dans le cadre d’un projet dirigé par Ana Maria Tarrio pour intégrer les humanistes du Portugal et par nos collègues de l’université de Mexico (équipe d’Ernesto Priani) pour les humanistes de Nouvelle Espagne. En France, l’équipe de Denis Turrel et Yannis Delmas entre une partie des données relatives au personnel académique de Poitiers et l’équipe de Jean-Patrice Boudet entre les fiches des médecins et astrologues de la fin du Moyen Âge. À l’IRHT, la documentation générale de la section de l’Humanisme, celle du programme Tradlat (Traductions latines d’œuvres vernaculaires) et celle du programme Europa Humanistica passent désormais par la base BUDE.

Il reste, pour conclure, à préciser les perspectives d’évolution de la base. L’équipex Biblissima, accordé en 2012 par le ministère de la Recherche, financera, dès le début de 2013, à la fois des évolutions techniques et l’accroissement décisif de la base par le biais de la saisie de l’intégralité du fichier documentaire de l’IRHT. Ce contexte favorable doit également permettre la montée en puissance de plusieurs modules de la base et tout particulièrement celui qui concerne les autographes. Toutefois, c’est du côté de l’interopérabilité et du partage des données avec des portails documentaires différents les uns des autres que les perspectives sont les plus prometteuses. Sans parler de la participation de BUDE à un ensemble documentaire concernant le personnel des universités, la base BUDE entre dans le projet Personae, financé par la région Centre et dirigé par David Fiala au CESR (Tours), dont l’objectif est de rassembler les données prosopographiques relatives à la période de la Renaissance, entendue dans un sens très large. Ainsi le rassemblement des efforts de plusieurs équipes de chercheurs et de moyens importants aura-t-il rendu possible une meilleure lecture de l’Humanisme et de la Renaissance en améliorant une offre documentaire qui le méritait amplement.

 

 

 

Parution: « The University as an Institution of Early Modern Europe »

Je signale un article récent de Willem Frijhoff, « The University as an Institution of Early Modern Europe. Critical Reflections on its Self-Evidence”, susceptible d’intéresser les lecteurs de ce carnet.

 

Référence: paru in: Christian Jaser, Ute Lotz-Heumann & Matthias Pohlig (Hg.), Alteuropa-Vormoderne-Neue Zeit. Epochen und Dynamiken der europäischen Geschichte (1200-1800) [=Zeitschrift für Historische Forschung, Beiheft 46: Festschrift für Heinz Schilling zum 70. Geburtstag] (Berlin: Duncker & Humblot, 2012), S. 169-178.

Avant Héloïse: l’aventure de Fasti

Texte de Willem Frijhoff (Université Libre, Amsterdam / Université Érasme, Rotterdam)

Fasti ! On l’a déjà presque oublié ! Cette première tentative de créer un réseau européen de bases de données historiques sur les universités, c’est déjà quasiment de la préhistoire ! En effet, Héloise a eu un prédécesseur auquel plusieurs chercheurs impliqués dans le réseau Héloise ont contribué et qui a les certainement inspirés à continuer le travail commun en vue d’une plus grande convergence et union dans l’effort de recherche en histoire des universités à l’échelle européenne. Traçons-en ici l’historique en quelques grandes lignes, afin de ne pas oublier ce qui a été accompli en commun et de tirer des leçons des problématiques que Fasti a soulevées. Rien d’exhaustif, juste quelques jalons, en m’excusant par avance de ma vision partisane et de mes oublis bien involontaires.

D’abord quelques mots sur le cadre. L’histoire des université est par essence internationale, l’université étant définie dès le Moyen Age comme un studium universale ou generale. Cette vocation internationale, que l’on retrouve encore dans tous les guides de voyage, les manuels et les synthèses sur les universités européennes qui ont été publiés à l’époque moderne, a lentement basculé vers une conception plus restreinte des universités comme institutions à vocation nationale voire régionale, au plus tard vers la fin du XVIIIe siècle, et dans les pays à régime absolutiste parfois bien plus tôt. L’ère de révolutions a accéléré le processus, quand bien même l’empire napoléonien s’est efforcé d’unifier la paysage universitaire européen et que de nouvelles conceptions d’enseignement et de recherche, telle que celle d’Humboldt, ont essaimé sur toute l’Europe. Mais le nationalisme rampant du XIXe siècle a fixé le cadre d’observation de l’histoire des universités pour près deux siècles en le réduisant à une optique purement nationale, voire nationaliste. Il a restreint la portée de la science, surtout dans les humanités, en limitant les approches et la collecte des données au cadre national. Seul le Moyen Âge demeurait un point de référence pour le système universitaire indivis de la chrétienté transnationale.

Telle était la situation lorsque vers la fin des années 1960 à différents points du monde occidental des projets de renouvellement de l’histoire des universités se firent jour simultanément: en Grande-Bretagne, aux États-Unis, en Allemagne, en Italie, en Espagne, en Belgique. En particulier, les deux volumes de The University in Society dirigés par Lawrence Stone à Princeton (1974) ont fait œuvre pionnière, en réinsérant l’histoire des universités dans une histoire sociale et culturelle de l’éducation qui l’a soustraite à l’histoire triomphante mais exsangue des institutions et des idées dans laquelle le nationalisme l’avait confinée et où elle s’était enlisée. Du coup, deux dimensions entièrement nouvelles s’offraient au regard et au travail du chercheur : la fréquentation des universités par les étudiants, et l’approche quantitative, sérielle des sources. Très tôt, ce renouveau donnait lieu à des tentatives locales de traitement des données sérielles par ordinateur, comme dans les travaux de Peter Denley, et bien d’autres initiatives de recensement collectif, tantôt manuel, tantôt numérique doivent être signalées pour les périodes anciennes. Je nommerai ici simplement les projets bien connus de Rainer-Christoph Schwinges (l’Empire germanique), Gian Paolo Brizzi et ses collègues (Italie), Jean-Philippe Genêt (Paris), Jacques Verger (France), James K. Farge (Paris), Marc Nelissen (Louvain), Hilde de Ridder-Symoens (Orléans, les Pays-Bas méridionaux), Hans Bots (Brabant septentrional), Samme Zijlstra (Frise), Patrick Ferté (France du Midi), et pour une période plus récente Victor Karady ou Christoph Charle (les professeurs en France), sans oublier les différents répertoires préparés pour les collèges anglais d’Oxford et Cambridge, ou les travaux d’ensemble sur l’Écosse, les Irlandais réfugiés sur le continent, ou les différentes formes de pérégrination académique à travers l’Europe. Cependant, presque tous ces projets restaient confinées à un cadre institutionnel ou national, soit comme point de départ soit comme point d’arrivée.

Ce fut dans les années 1970 à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales de Paris, moins ancrée dans les contraintes nationales que les universités elles-mêmes, qu’un projet plus large, plus ambitieux et novateur quant à sa portée géographique fut mis en chantier sous la direction de Roger Chartier, Jacques Revel, Dominique Julia, et moi-même. Ce projet international de prosopographie étudiante fut publiquement annoncé dans un article-programme de Roger Chartier et Jacques Revel, « Université et société dans l’Europe moder­ne: position des problèmes », paru dans la Revue d’histoire moder­ne et contemporaine, 25:3 (juillet-septembre 1978), p. 353-374, et reproduit en 1980 dans le volume-programme L’Histoire des universités, problèmes et méthodes de la ‘Ière session scientifique internationale’, qui avait été organisée en mai 1978 par les historiens de Cracovie (Pologne), pour jeter un pont entre les travaux des chercheurs de l’Occident et ceux de l’Europe encore dominée par les régimes communiste. Cet article a eu un grand retentissement parce qu’il entendait sonner le glas d’une histoire des universités purement institutionnelle, médiévale et axée sur l’histoire des idées pures, tout en ouvrant les problématiques vers le quantitatif, le social, le culturel, et l’international, et en prenant les étudiants au sérieux comme sujets d’une histoire universitaire digne de ce nom. Parmi les résultats de ce projet je cite, outre ma propre thèse quantitative sur les gradués des Provinces-Unies (1981), les deux volumes intitulés Histoire sociale des populations étudiantes dont le premier (1986) réalisait une visée proprement internationale.

Dans les années 1980, la convergence de ce double mouvement innovant avec les questions que les universités européennes commençaient à se poser sur leur propre destinée historique et leur chances d’avenir a conduit la Conférence Permanente des Recteurs, Présidents et Vice-Chanceliers des Universités Européennes (CRE) à Genève, guidée par quelques spécialistes d’envergure internationale, à proposer la rédaction d’un manuel d’histoire des universités européennes à l’intention des dirigeants universitaires. La prise en compte du renouveau de l’histoire des universités et la visée résolument européenne de l’entreprise devaient permettre aux recteurs un regard nouveau dépassant l’institutionnel pur et le nationalisme étroit. Accessoirement, ce manuel devait faire table rase de la mythologie rampante des origines universitaire s’exprimant dans les jubilées et fêtes centenaires, tout en remettant les études et les étudiants au centre de la discipline. Après un Répertoire des universités européennes (incluant les universités fondées hors l’Europe mais de type européen) préparée par une équipe internationale coordonnée par Lubor Jílek (1984), une History of the University in Europe (actuellement 4 volumes parus) fut mise en chantier sous la direction globale du sociologue suisse Walter Rüegg et la direction compétente des deux premiers volumes (1992-1996) par Hilde De Ridder-Symoens. La nouveauté de l’entreprise à visée résolument européenne résidait non seulement dans le parti-pris d’une confrontation systématique des recherches et des chapitres entre les participants, spécialistes de l’histoire des universités nouvelle, mais aussi dans leur contrôle systématique par un réseau très dense de conseillers nationaux afin de garantir la couverture proprement européenne des volumes. Ce cette entreprise a certainement ravivé le sens de l’international dans l’histoire des universités, mais, concomitante avec l’arrivée du numérique dans la recherche globale en histoire sociale et culturelle, elle a aussi préparé le terrain pour une approche d’ensemble autour de la problématique des flux d’étudiants.

Ce fut Hilde De Ridder-Symoens, spécialiste des flux internationaux d’étudiants à l’époque médiévale et moderne qui, vers la fin de 1996, dans le cadre des travaux de l’association néerlandaise d’histoire des universités Batavia Academica, suggéra d’engager un jeune historien pour faire un rapport en anglais sur les possibilités pratiques et techniques qu’il y a d’établir une banque de données internationale sur les étudiants et leurs mouvements. Quels inventaires existent déjà? Quelles sources d’archives? Et quel type de sources faut-il privilégier : registres matricules, listes de recension, registres de gradués, disputations, sources financières, etc. Ce rapport devrait se faire en deux phases : dans une première phase il fallait défricher le champ pour les Pays-Bas (on y appellerait une telle banque de données ‘Datastud’), ensuite on l’élargirait vers toute l’Europe. Le rapport national fut effectivement rédigé par le chercheur engagé, mais le texte ne présenta pas suffisamment de qualités pour aller au-delà et il s’avérait d’emblée qu’il faudrait une équipe internationale pour venir à bout des particularités que le nationalisme éducatif avait introduit au cours des derniers siècles dans l’organisation et l’administration des universités européennes. Aussi, après une journée de discussion au Constantijn Huygens Instituut à La Haye (le 2 octobre 1998),  en présence d’Olga Weijers, liée à l’IRHT de Paris, où l’on tenta une jonction avec la recherche en histoire médiévale en proposant la confection de répertoires sur les méthodes d’enseignement dans les universités, du Moyen Age à 1700, il fut décidé de ne pas en  rester au Moyen Age mais de construire un réseau européen en histoire des universités englobant tous les siècles prérévolutionnaires. Le projet ‘New tools for university history’, proposé le 6 octobre 1998 par Hilde De Ridder-Symoens, reçut le 1er décembre 1998 une subvention pour 5 ans de l’Organisation Flamande de Recherche Scientifique (FWO): le budget serait d’environ 12.500 euros par an. En janvier 1999, le projet fut rebaptisé Fasti, d’après l’ouvrage de Valerius Andreas, Fasti studii Lovaniensis (1650), qui avait préludé à l’esprit de l’entreprise. Parallèlement, Hilde De Ridder et le soussigné s’efforçaient d’obtenir financement pour un programme axé davantage sur le contenu et qui aurait pour titre provisoire ‘Les intellectuels européens’ mais qui commencerait par les intellectuels des Pays-Bas Nord et Sud. Dès 2000, ils essuyaient cependant partout un refus poli : ni l’Académie néerlandaise (KNAW), ni le Constantin Huygens Instituut de La Haye, ni l’Organisation de recherche scientifique néerlandaise (NWO), ni l’European Science Foundation ne voulaient y mettre de l’argent, par même pour une table ronde exploratrice. Les organismes officiels voulaient seulement financer des projets à court terme et à résultat immédiat, et refusaient tout investissement dans des instruments de travail à long terme.

Fasti tint sa première réunion les 30 avril – 1er mai 1999 à Louvain, avec la Commission Internationale d’Histoire des Universités (CIHU) dont Hilde De Ridder-Symoens avait été élue présidente. Les participants, parmi lesquels les chercheurs flamands de Louvain et Gand dominaient, se constituèrent en Steering Group et fixèrent les objectifs du projet. Ceux-ci étaient théoriques (la collaboration et la réflexion sur l’histoire des universités européenne et ses relations avec la nouvelle histoire intellectuelle et l’histoire des sciences), empiriques (produire des répertoires et publier des sources numériques), et pratiques (que faire pour les inévitables et incontournables les célébrations de centenaires etc.). Il fut décidé que l’université de Louvain serait pris comme cas de départ : on construirait des banques de données numériques et commencerait par construire un site web (Marc Nelissen). Par ailleurs, il faudrait intégrer les différentes formes d’histoire liées à l’université – une tâche pour la CIHU. Quant à la dimension internationale, il fut décidé d’organiser des ‘workshops’ (tables rondes) pour discuter de la technique (sur le numérique, à Louvain), de l’édition de matricules et d’autres sources (en faisant appel à Jacques Verger et Rainer Schwinges), de la prosopographie (par Hilde De Ridder et Peter Denley), de continuer à faire une bibliographie internationale (publiée dans History of Universities), et de rechercher des modèles archivistiques. Enfin, il faudrait formuler avec plus de précision le programme définitif autour des pôles suivants: la bibliographie, les archives (‘archive management & archive guides’), l’édition de textes, et les bases de données prosopographiques sur les étudiants et les professeurs

Après une réunion intermédiaire de Fasti à Dublin (toujours avec la CIHU), le 5 novembre 1999, à l’invitation de Helga Robinson-Hammerstein, une seconde table ronde internationale fut organisée par Ad Tervoort à l’Université Libre d’Amsterdam, les 30-31 mars 2001, sous le titre ‘Repertorium Academicum: On the construction of large university student databases’. Son objectif était de partager les expériences sur les aspects techniques (hardware, software [logiciels], l’infrastructure nécessaire, etc.). La présence de spécialistes d’archivistique et d’informatique permettait d’aller au-delà des désidérata et des vœux pieux, en s’interrogeant sur la possibilité d’un modèle à structure universelle. Trois types de banques de données furent définis:

  • SOC : Source oriented database (// selon la structure de la source)
  • POD : Project oriented database (// répondant aux questions de la recherche)
  • MOD : Model oriented database (// selon un modèle plus général non typique pour l’histoire des universités mais adapté).

Un consensus se fit pour le no. 3, la MOD, la banque de données étant une méta-source offrant la possibilité d’introduire des données de sources différentes et variées. Toutefois, il fut reconnu que l’incorporation des termes exacts des sources demeurait obligatoire. La base de départ serait la Person Identification File (PIF). On pourrait éventuellement ajouter d’autre tableaux pour insérer des données différentes, telles que les informations biographiques, les références aux sources utilisées, les variantes onomastiques, etc.

En somme, il faudrait

  1. Créer une structure de banque de données légère, flexible et accessible à tous, commune et  supranationale, pour la prosopographie.
  2. Créer une structure parapluie pour lier les banque de données en histoire des universités entre elles.

La troisième table ronde de Fasti se tint à Gand, les 14-15 juin 2002, et fut poursuivie à St-Amand Montrond, les 3-6 octobre 2002. Elle se présenta comme le suite de la réunion d’Amsterdam pour la présentation et l’examen des problèmes pratiques. Les propositions concernant la MOD et les PIFs furent entérinées et il fut rappelé qu’une structure peu rigide serait absolument nécessaire pour pouvoir introduire les variantes que les systèmes nationaux imposeraient. Il faudrait en tout cas assurer partout le minimum de données nécessaires pour identifier la personne (le minimum biographique essentiel) et pour pouvoir reconstruire le curriculum ou la carrière personnelle des personnes identifiées, l’identification concrète, plus étendue, de personnes uniques pouvant être remise à plus tard.

La quatrième réunion de Fasti, tenue à Gand les 2-4 octobre 2003, avait pour objectif de réfléchir sur l’avenir de l’histoire des universités à la lumière du développement technologique et de nouvelles méthodes. La table ronde était organisée comme un forum pour échanger des idées et des pratiques. Les questions portaient sur les nouvelles technologies, en évolution rapide, mais aussi sur les sources nouvelles ou peu évidentes: par exemple les sources iconographiques, les cérémonies (pensons au rang dans les cortèges !), l’histoire orale, ou les sources non-universitaires. Ce fut, en somme, l’irruption de la nouvelle histoire culturelle dans un domaine culturel jusqu’alors passablement dominé par les approches de l’histoire sociale.

La table ronde de Gand marqua la fin formelle du projet Fasti, qui en 1998 avait reçu financement pour une période de cinq ans. Cependant, la recherche ne s’est pas arrêtée pour autant, quand bien même il n’y a plus de plateforme de discussion et de rencontre internationale. Rien d’étonnant donc à ce que après quelques années de nouvelles initiatives de rencontre, de débat et de collaboration ont été prises. Je ne citerai ici que quelques-unes des tout dernières qui se situent clairement dans la suite de Fasti ou de l’esprit international et coopératif de cette entreprise. Ainsi la table ronde internationale organisée les 1-3 octobre 2008 à Poitiers autour de la pérégrination académique, en particulier pour le lancement du Repertorium academicum Pictaviense, et celle du 23 mars 2011 dans la même ville sur les circulations étudiantes européennes; ou encore la réunion de la CIHU consacrée à la présentation et la discussion des projets en cours, tenue pendant le Congrès international des sciences historiques à Amsterdam en août 2010; enfin les tables rondes organisées les 5 novembre 2010 et 23-24 juin 2011 à Paris par Jean-Philippe Genêt, Thierry Kouamé et Hicham Ibadal (comme spécialiste technique du numérique) autour du projet Studium Parisiense.

En résumant, l’histoire de Fasti, la préhistoire d’Héloïse, nous fournit déjà un petit répertoire des problèmes qui demeurant à discuter :

  • –       La technique (le système), qui est en évolution très rapide. Est-il toujours possible de réaliser un système commun ?
  • –       Quant à la base de données : comment l’organiser ? Quelle structure ? Comment assurer la compatibilité ?  Peut-on /doit-on aller vers un modèle général, universel ? Ou suffit-il d’assurer la transférabilité ?
  • –       Les sources : comment réconcilier les différences de données, de langue, de terminologie, de période, etc.?
  • –       L’interprétation : faut-il traduire le latin, et peut-on le faire toujours impunément, sans risque d’erreur? Pensons aux noms de personnes et de lieux, aux indications professionnelles. Et en identifiant les lieux, quelles frontières faut-il respecter ou conserver ?
  • –       La prosopographie ou la généalogie : comment identifier les personnes, que faire des patronymes, des noms communs différents des noms latins, etc.

Et plus largement :

  • –       Côté contenu : qu’est-ce qu’un étudiant  exactement?
  • –       Et comment dépasser le purement social pour intégrer les aspects culturels ? Pensons au cultural turn, et au performative turn

Parution: Naissance de l’Université (N. Gorochov)

Une parution très récente:

Nathalie Gorochov, Naissance de l’université. Les écoles de Paris d’Innocent III à Thomas d’Aquin (v. 1200-v. 1245), Editions Honoré Champion, Paris, juin 2012, 651 p.

Présentation: C’est au début du XIIIe siècle que l’université, une institution d’un genre nouveau en Occident, naît simultanément à Paris, Bologne et Oxford. À Paris, les années 1200-1245 marquent le premier essor institutionnel de l’université qui se dote de statuts, adopte des méthodes de travail qui lui sont propres, et acquiert non sans mal son autonomie et ses privilèges face à des autorité s plus ou moins bienveillantes. Les années 1240 représentent le temps de la liberté intellectuelle de l’université, après plusieurs décennies de censure. Cet ouvrage éclaire la lente genèse de l’université de Paris par l’étude des maîtres et des étudiantsqui en ont été les acteurs. Soumis à de multiples influences, notamment italiennes et anglaises, le milieu scolaire parisien inv ente l’université qui rayonne aussitôt dans tout l’Occident.

Site de l’éditeur


ASFE: « amore scientiae facti sunt exules » (Bologna)

Asfe : une base de données pour trois projets

Présentation de Gian Paolo Brizzi (Université de Bologna) lors des rencontres de Poitiers, en mai 2012

En 2003, Hilde de Ridder organisa des journées d’étude sur le thème “New Tools in university history” qui comprenaient une session consacrée aux bases de données. Certains d’entre nous participèrent à ces journées dont la rencontre d’aujourd’hui est la parfaite continuation. Neuf ans ont passé depuis lors, bien des choses ont changé même dans ce secteur spécifique de la recherche qui compte désormais une tradition d’études non négligeable. J’avais présenté alors un projet à peine amorcé ainsi que la revue du CISUI : Annali di Storia delle università italiane (Annales d’Histoire des universités italiennes). Continuer la lecture

Les docteurs en droit de Bologne: articulation avec le projet ASFE

Per uno studio delle professioni giuridiche in epoca moderna

Présentation de Maria Teresa Guerrini (Università di Bologna), lors des journées de Poitiers (mai 2012)

Version française
Il progetto si articola in uno studio prosopografico, avviato ormai da qualche anno, sulle carriere professionali compiute dai laureati in legge presso lo Studio di Bologna in epoca moderna.
Il mio lavoro parte quindi non tanto da un gruppo ben identificato e circoscritto ad un mestiere o ad una professione, bensì da una categoria sociale caratterizzata da un’eterogeneità di percorsi professionali (chi diventò avvocato, chi docente, chi magistrato cittadino, chi vescovo, chi canonico), non sempre unici (molte volte gli incarichi si sommavano andandosi anche a sovrapporre). Continuer la lecture

Studium Parisiense

Projet Studium Parisiense: Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris (UMR 8589)

La base de données prosopographique Studium Parisiense est consacrée aux membres des écoles et de l’université de Paris entre le XIIe et le XVIe siècle. Les quelque 17 000 fiches qui doivent à terme la composer contiennent des informations biographiques et bibliographiques relatives, entre autres, aux professeurs, aux étudiants et aux suppôts de l’Université. Ce projet, commencé par Jean-Philippe Genet, dans un but pédagogique, pour former les étudiants d’histoire au travail collectif de construction des bases de données historiques, a permis de réunir une somme de données considérable, grâce au dépouillement de nombreux répertoires biographiques et travaux de recherche. Afin de rendre consultables et utilisables ces données, un travail d’harmonisation et de restructuration est actuellement mené, sous la direction de Jean-Philippe Genet et de Thierry Kouamé, dans le cadre du projet européen Signs and States (ERC). Parallèlement, le dépouillement de nouveaux répertoires biographiques et de travaux prosopographiques récents contribue à enrichir la base.

Présentation détaillée du projet

Mise en ligne d’un extrait de la base

Mettre en réseau les bases de données historiques sur les universités

Tel était le thème de la première rencontre à l’initiative de la création du réseau Heloise. Elle s’est tenue à Poitiers, à l’invitation des promoteurs du projet Repertorium Academicum Pictaviense, les 24 et 25 mai 2012 et a rassemblé une vingtaine d’universitaires engagés dans la réalisation de bases de données historiques sur les universités. Ces journées ont été l’occasion d’une présentation des différentes équipes et d’une discussion scientifique et technique sur les modalités d’une coopération à l’échelle européenne. Il en est né Heloise, réseau et carnet de recherche.

Programme de l’atelier de de Poitiers mai 2012

Heloise

Ce carnet est la vitrine du réseau européen sur les bases de données sur les universités qui s’est mis en place en mai 2012. Ce réseau, baptisé Heloise, a pour objet de favoriser la rencontre scientifique autour de l’histoire sociale des universités en Europe depuis le Moyen-Age tout en réfléchissant à la mise en oeuvre des outils et solutions techniques permettant une collaboration efficace dans la production, le traitement et la mise à disposition des données et archives numériques.