Archives mensuelles : mars 2013

Repertorium Academicum Pictaviense [RAP]

Les étudiants de l’Université de Poitiers sous l’Ancien Régime :

le RAP (Repertorium Academicum Pictaviense)

Les recherches sur les étudiants de l’Université de Poitiers ont été initiées par Jean Hiernard, qui le premier a redécouvert les anciens registres universitaires et s’est attaché à les dépouiller. Son attention s’est particulièrement portée sur les étrangers, allemands ou hollandais, passés par Poitiers aux XVIe et XVIIe siècles au cours de leur peregrinatio academica ; ses études sur cette question sont rassemblées dans Les routes européennes du savoir : Vita peregrinatio. Fin du Moyen Âge-XVIIe siècle, Paris, Les Indes savantes, 2011.

Outre Jean Hiernard, les responsables scientifiques du programme sont actuellement Yannis Delmas et Denise Turrel (enseignants chercheurs à Poitiers) ; une doctorante (Marine Ricou) est associée à l’équipe. Le projet du RAP est intégré dans le 13e CPER (Contrat de Projet Etat-Région 2007-2013, dans l’axe Patrimoine et Territoires) et bénéficie du soutien de la Fondation de l’Université de Poitiers.

Le répertoire des étudiants de l’Université de Poitiers depuis le XVIe siècle (Repertorium Academicum Pictaviense) est en ligne. Il est fondé sur le corpus d’archives de la faculté de droit, dont les registres de grades sont conservés depuis 1575, et les matricules à partir de 1658.

Les données sérielles enregistrées pour chaque acte sont :

  • la dénomination (telle qu’elle est lue) : avant-nom, prénom latin, nom, variante, titre, seigneurie ;
  • l’origine géographique de l’étudiant (diocèse, ville, pays ou province, parfois) ;
  • l’événement (graduation, immatriculation, début des enseignements, etc.), discipline, date (telle que lue) ;
  • le ou les professeur(s) signataire(s) de l’acte.

A la date de fin 2012, 15 000 événements sont publiés, correspondant à 5 000 noms et couvrant la période 1575-1653. A peu près autant sont saisis et en cours de traitement. La numérisation des sources archivistiques est prévue mais n’est encore actuellement que partielle. A terme la base offrira une double publication, l’image de l’original étant disponible à côté de sa transcription textuelle sous forme tabulaire.

La base en cours répertorie ainsi progressivement la plupart des élites poitevines de l’Ancien Régime, et comprendra la totalité des officiers ayant exercé dans les juridictions royales de la région. Elle intègre également des informations précises sur les étudiants extérieurs (au Poitou ou au royaume de France) venus prendre leurs grades à Poitiers. Il est prévu d’approfondir sa dimension prosopographique par le croisement avec les autres sources disponibles (registres paroissiaux des régions d’origine, archives judiciaires et notaires).

Une convergence avec d’autres projets proches est en cours, en particulier à travers le programme PERSONÆ coordonné par le CESR de Tours, qui englobe entre autres la base Budé. Le travail de réflexion et de choix méthodologiques entrepris avec ces équipes travaillant sur des corpus semblables devrait aboutir à la construction d’un portail commun et au développement d’outils facilitant l’exploration de ces bases, l’analyse des données (par exemple la définition de mesures de similitude entre deux personnages), et enfin la visualisation des éléments en particulier géographiques. L’éventail des recherches et des résultats possibles dépassera alors la simple mise à disposition de fiches prosopographiques. Pour identifier les étrangers, et reconstituer les parcours universitaires (suivi des étudiants extérieurs à Poitiers et des pérégrinations européennes des Poitevins), un travail d’homogénéisation du format et de la description des données poitevines, par rapport aux autres données françaises et européennes, doit permettre les échanges entre les bases en favorisant en particulier la résolution des problèmes d’identification des noms de personnes et de lieux. C’est entre autres le but du réseau Héloïse.