Une base de données sur l’Humanisme et la Renaissance

Présentation de Marie-Elisabeth Boutroue (IRHT)

Contrairement  à nombre des bases de données présentées lors du colloque international de Poitiers en mai 2012, la base BUDE, conçue et mise en place par la section de l’Humanisme de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (IRHT – UPR 841 du CNRS) ne concerne pas que le personnel académique des universités anciennes. Tout à l’inverse, elle a vocation à garder la trace de tous ceux, auteurs bien connus ou humbles serviteurs, qui constituent l’arrière plan humain de la Renaissance, entendue au sens large, de Pétrarque à Peiresc.

Le point de départ de ce projet de base de données était la nécessité de mettre à la disposition des chercheurs un fichier manuel, celui de la section de l’Humanisme, qui cumulait de nombreux inconvénients. Comme fichier, il était techniquement clos. Établi à partir de dépouillements faits par les chercheurs de l’équipe pour servir la bibliographie sur l’Humanisme et la Renaissance, son enrichissement systématique avait cessé au moment où l’équipe s’était engagée dans d’autres programmes, et, tout particulièrement, dans le programme qui constitue aujourd’hui encore le principal engagement de la section : Europa Humanistica. Nous savions donc, avant même de commencer à concevoir une structure qu’il n’y aurait pas de banque de données sans une mise à jour bibliographique. Par ailleurs, la documentation déjà rassemblée, et celle que nous amassions pour le programme Europa Humanistica n’était pas exclusivement prosopographique. À vrai dire, ce qui nous intéresse à l’IRHT, c’est la cohérence d’ensemble qui unit les hommes aux œuvres, les œuvres à la transmission des cultures et des savoirs, et la culture aux livres qui en sont le support privilégié tant sous leur forme manuscrite que par le biais des imprimés anciens.

Très rapidement, il est apparu que nous cherchions plutôt une représentation à la fois globale et précise qu’un outil spécialisé dans la description codicologique des manuscrits ou des incunables. En entrant dans le détail de la conception, il est aussi rapidement devenu clair que l’outil devait mettre l’accent sur les relations entre les gens, entre les livres, entre les institutions plutôt que de juxtaposer, en les additionnant, des fiches parallèles. Enfin, pour avoir moi-même déjà beaucoup encodé de corpus – depuis une époque où les schémas xml n’existaient, même pas dans les rêves les plus fous des développeurs –, je souhaitais adopter une forme ergonomique et même, si possible, ludique.

Tel était le cahier des charges général à la fin des années 1990. J’ai alors développé une première maquette, sous Ms Access, pour délimiter le périmètre des différents objets à décrire et établir une grammaire des descripteurs souhaités. Cette première base fut en service jusque dans les premières années du XXIe siècle. Elle fut remplacée par la première version de BUDE, application développée par une société privée, avec un financement du ministère de la Recherche dans le cadre d’une ACI.

À partir du premier schéma de la base BUDE, nous avons rencontré régulièrement les informaticiens de la société chargée du développement pendant deux années afin d’établir un cahier des charges précis. Chemin faisant, nous progressions aussi dans la qualité de l’échange, acceptant de perdre du temps pour cerner tous les aspects de la base, et c’est là une des conditions essentielles pour qu’un projet de ce type connaisse une issue favorable. La base BUDE, acronyme pour Base Unique de Documentation Encyclopédique ou désignation éponyme de l’humaniste, fut mise en ligne en juin 2007. La version 1 vient d’être remplacée par une version 2 ajoutant de nouvelles fonctionnalités.

Dans son premier état, la base BUDE permettait la gestion d’informations concernant les personnes, les œuvres, manuscrites ou imprimées, les images. Sans entrer dans le détail d’une application qui compte plus de cent cinquante tables, il n’est sans doute pas inutile de décrire quelques-unes de ses particularités parce qu’elles résultent de choix de description historique, pour lesquels nous avons beaucoup réfléchi et sur lesquels nous n’éprouvons –aujourd’hui encore– aucun besoin de revenir.

Du côté des personnes, notre effort a porté sur deux points que nous considérions comme fondamentaux : la désignation et le nom d’une part, les relations et les milieux d’appartenance d’autre part. Pour les noms, la base couvrant à la fois ce qu’on appelle traditionnellement la fin du Moyen Âge, en plus de la période moderne, il nous est apparu que la segmentation nom/prénom n’était absolument pas nécessaire. En revanche, la pluralité des désignations, les variations linguistiques ou orthographiques, le typage des noms l’étaient. La même observation vaut aussi pour les désignations  institutionnelles ou familiales, pour lesquelles la base requiert un maximum de précision.

L’autre aspect qui nous semblait justifier la mise en chantier de la base BUDE tenait dans la nécessité de situer chaque personnage dans un ou plusieurs milieux intellectuels, politiques, culturels, dans des alliances familiales et des appartenances religieuses. Nous souhaitions ainsi rendre compte de l’interdépendance des personnages entre eux pour faire apparaître, par exemple, les relations nouées à l’issue de la très classique peregrinatio academica d’un humaniste ou celles dépendant de l’entourage d’un imprimeur. La base BUDE présente donc cette caractéristique, – assez neuve au moment de sa mise en ligne, – de décrire sémantiquement les relations entre les personnages en n’oubliant pas la description des relations réciproques. Un personnage donné se voit ainsi gratifié de relations diverses ainsi formulées : x est le père de y (et la réciproque) ; x est le disciple de y (et la réciproque) ; x est en relation épistolaire avec y (et la réciproque). Ces listes de relations sont nécessairement ouvertes, mais leur accroissement se fait de la façon la plus parcimonieuse possible, la majorité des « types de relations possibles » étant déjà entrée dans la base.

À côté de ces aspects qui intéressent directement la prosopographie, la base BUDE décrit aussi des œuvres. Contrairement aux bases catalographiques, elle distingue nettement trois niveaux de description des œuvres allant de l’entité auteur/texte à la description d’un témoin (manuscrit) ou d’un exemplaire (imprimé) en passant par cet état intermédiaire qu’est l’édition idéale (la somme et la moyenne de tous les exemplaires connus et par exemple l’édition romaine de l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien publiée à Rome par Sweynheym et Pannarts en 1470) ou l’avatar manuscrit qui renvoie souvent à un état ancien d’un manuscrit. C’est le cas par exemple pour ceux des témoins médiévaux qui ont été dépecés à la Renaissance et se retrouvent aujourd’hui fragmentés dans plusieurs collections.

Bien entendu, la base devait aussi se doter d’un module bibliographique et gérer de la documentation iconographique. Ce dernier point mérite quelques précisions supplémentaires. Bien que BUDE soit parfaitement capable de gérer des collections complètes d’images, il n’entrait nullement dans nos intentions d’en faire une bibliothèque numérique. Il existe pour cela de bien meilleurs outils, en commençant par les Bibliothèques virtuelles humanistes (BVH) développées par le CESR (Tours), sous la direction de Marie-Luce Demonet. Dans nos esprits, BUDE devait développer les informations encyclopédiques relatives aux textes que les BVH mettaient en ligne. Ce projet impliquait qu’à un moment de leur histoire, ces deux bases conçues comme un ensemble en deux applications séparées apprennent à dialoguer entre elles. BUDE ne devait pas non plus se transformer strictement en banque de données d’images. Il existe là encore des produits spécialisés reposant, par exemple, sur l’utilisation de thesaurus pour décrire le contenu des images. Il n’y a donc pas ce type d’outil dans la base BUDE.

Il restait donc à gérer des images dont l’intérêt était strictement documentaire. Parmi celles-ci, deux catégories répondaient particulièrement à notre projet scientifique : les portraits et les autographes. Pour les portraits, si la structure existe, la saisie des images et leur traitement n’a pas encore connu de développements remarquables. En revanche, les autographes sont en cours de traitement et l’inscription de ce programme dans le cadre de l’equipex Biblissima permettra d’ajouter à la description des carrières d’humanistes une information plus précise sur leur écriture personnelle, autant que possible dans les différentes langues que ces humanistes pratiquaient.

La version 2 de la base BUDE, mise en ligne en juillet 2012, a permis de compléter la structure en ajoutant aux modules déjà disponibles celui qui concerne la description des correspondances, non comme des recueils (cela était déjà possible auparavant) mais lettre par lettre. Comme dans le reste de l’application, il s’agit, en décrivant préférentiellement des lettres inédites, peu disponibles ou mal connues, de restituer par ce biais quelque chose des cercles culturels dans lesquels nos humanistes étaient actifs. Une lettre cryptée de François Ier à l’un de ses ambassadeurs révèle la réalité de la fonction de ce personnage et les dessous de la politique étrangère royale. Une lettre de Peiresc (1580-1637) à Charles de l’Écluse (1526-1609) donne de son côté à comprendre la tonalité et la vivacité des échanges savants parmi les naturalistes de la fin du xvie siècle.

Il y avait, enfin, un dernier aspect de la base qui nous tenait à cœur : la base BUDE devait être un outil partagé (on ne disait pas encore « collaboratif » !) entre les équipes du réseau Europa Humanistica qui le souhaitaient, et au-delà. L’intérêt du partage, dans notre esprit, devait permettre à chacune des institutions partenaires de saisir ses données en identifiant la source et de les récupérer, enrichies par les apports des autres équipes. Pour cela, les informations entrées par une équipe sont marquées, et, bien entendu, une information peut-être marquée par plusieurs équipes de chercheurs. Ce fonctionnement a une conséquence : il n’y a pas de repérage individuel des contributeurs modernes dans la base BUDE. L’unité de fonctionnement est l’institution si bien que, par exemple, toutes les données entrées par la section de l’Humanisme apparaissent comme IRHT-Humanisme, sans distinction de rédacteur.

Une autre conséquence est, bien entendu, la prise en charge du multilinguisme. Nous tenons pour établi, dans notre équipe, que le fait de demander à des chercheurs de s’exprimer dans une langue qui n’est pas la leur est un fait politiquement non neutre et particulièrement dommageable du point de vue de la précision et l’exactitude des informations historiques. Nous sommes donc engagés dans une voie très inconfortable, mais indispensable, de traduction non seulement de l’interface (ce qui est assez simple, mais très long), mais aussi des informations elles-mêmes (ce qui est encore plus long et très compliqué). Le partage de l’application a aussi entraîné la mise en œuvre d’un sas de validation des données, avant leur mise à la disposition du public.

Dans l’état actuel, la base BUDE compte entre 12000 et 13000 personnages. Bien entendu, tous les personnages cités ne sont pas strictement des humanistes. Ce corpus représente non seulement la part des fichiers de l’IRHT déjà saisie dans BUDE, mais aussi les apports des équipes qui utilisent BUDE pour leurs propres descriptions. À ce jour, la base est utilisée par nos collègues de l’université de Lisbonne dans le cadre d’un projet dirigé par Ana Maria Tarrio pour intégrer les humanistes du Portugal et par nos collègues de l’université de Mexico (équipe d’Ernesto Priani) pour les humanistes de Nouvelle Espagne. En France, l’équipe de Denis Turrel et Yannis Delmas entre une partie des données relatives au personnel académique de Poitiers et l’équipe de Jean-Patrice Boudet entre les fiches des médecins et astrologues de la fin du Moyen Âge. À l’IRHT, la documentation générale de la section de l’Humanisme, celle du programme Tradlat (Traductions latines d’œuvres vernaculaires) et celle du programme Europa Humanistica passent désormais par la base BUDE.

Il reste, pour conclure, à préciser les perspectives d’évolution de la base. L’équipex Biblissima, accordé en 2012 par le ministère de la Recherche, financera, dès le début de 2013, à la fois des évolutions techniques et l’accroissement décisif de la base par le biais de la saisie de l’intégralité du fichier documentaire de l’IRHT. Ce contexte favorable doit également permettre la montée en puissance de plusieurs modules de la base et tout particulièrement celui qui concerne les autographes. Toutefois, c’est du côté de l’interopérabilité et du partage des données avec des portails documentaires différents les uns des autres que les perspectives sont les plus prometteuses. Sans parler de la participation de BUDE à un ensemble documentaire concernant le personnel des universités, la base BUDE entre dans le projet Personae, financé par la région Centre et dirigé par David Fiala au CESR (Tours), dont l’objectif est de rassembler les données prosopographiques relatives à la période de la Renaissance, entendue dans un sens très large. Ainsi le rassemblement des efforts de plusieurs équipes de chercheurs et de moyens importants aura-t-il rendu possible une meilleure lecture de l’Humanisme et de la Renaissance en améliorant une offre documentaire qui le méritait amplement.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.