ASFE: « amore scientiae facti sunt exules » (Bologna)

Asfe : une base de données pour trois projets

Présentation de Gian Paolo Brizzi (Université de Bologna) lors des rencontres de Poitiers, en mai 2012

En 2003, Hilde de Ridder organisa des journées d’étude sur le thème “New Tools in university history” qui comprenaient une session consacrée aux bases de données. Certains d’entre nous participèrent à ces journées dont la rencontre d’aujourd’hui est la parfaite continuation. Neuf ans ont passé depuis lors, bien des choses ont changé même dans ce secteur spécifique de la recherche qui compte désormais une tradition d’études non négligeable. J’avais présenté alors un projet à peine amorcé ainsi que la revue du CISUI : Annali di Storia delle università italiane (Annales d’Histoire des universités italiennes).

Aujourd’hui, la revue a atteint sa dix-septième année de vie, les universités associées sont passées de 12 à 25 et la base de données qui comprenait alors 21 300 fiches personnelles, en contient actuellement 104 151. C’est ici que prend naissance un premier problème important dans la gestion d’une base de données qui s’alimente d’une série de documents de nature différente en progression constante, sans qu’une programmation ponctuelle ne soit toujours possible.

Je résumerai donc le status quaestionis au stade de 2003, avant de vous présenter la croissance de notre projet au cours de ces neuf dernières années. Cela est d’autant plus opportun que nous n’avons pas encore mis notre base de données en ligne, mais nous pouvons seulement en illustrer le mécanisme et vous rendre compte des contenus et du système d’information.

Lorsque nous parlons d’étudiants, en nous reportant aux protagonistes des premiers siècles d’activité des écoles universitaires enregistrées dans les matricules des universités ou des Nations estudiantines, nous nous référons à une catégorie précise d’étudiants, à savoir celle que l’empereur Frédéric Ier avait indiquée dans l’Habita (1155), comme étant destinataire d’une reconnaissance juridique et méritante de la tuitio impériale. Ceux qui pouvaient être reconnus dans cette catégorie étaient “amore scientiae facti sunt exules” (d’où j’ai tiré l’acronyme ASFE que nous avons adopté pour la base de données), c’est-à-dire ceux qui se rendaient dans une ville différente de celle d’origine pour des raisons d’études. Partant de l’Habita de Frédéric, la série de privilèges que les papes, empereurs, souverains territoriaux, gouvernements urbains octroyèrent ou continuèrent de reconnaître aux étudiants (exemptions fiscales, reconnaissance des magistratures estudiantines, privilegium fori,…) excluait les membres citadins, à savoir les étudiants qui fréquentaient des écoles en activité dans leur propre ville.

Par conséquent, l’étudiant qui bénéficiait d’une personnalité juridique était par définition un étranger ou, si l’on veut, un “non citadin” : c’est donc pour réduire les difficultés découlant de cette condition qu’il lui était assuré un status privilégié, compte tenu des avantages que la société tirerait dans son ensemble de la diffusion de compétences techniques, juridiques ou médicales.

Divers est le cas des séries de documents relatives aux titres académiques délivrés aux étudiants, les fameux acta graduum, qui ne font pas de discrimination entre citadins et non citadins. Aussi faut-il faire preuve de circonspection lorsque nous considérons les sources universitaires italiennes, et en tout cas celles produites par des Studia generalia organisés sur le modèle bolognais.

L’objectif final de la banque de données est triple. Dans la définition actuelle du projet, l’ASFE représente le bassin d’alimentation commun de trois bases de données différentes qui seront proposées séparément en ligne et correspondent toutes à la période chronologique 1500-1800 :

  1. Onomasticon Studii bononiensis” qui contient toutes les informations relevées jusqu’ici sur les étudiants et/ou diplômés de l’Université de Bologne.
  2. Italici doctores”, fruit d’un projet national qui entend enregistrer progressivement le corpus général de ceux qui sont devenus docteurs dans un Studium italien durant la période moderne.
  3.  “Iter italicum” contenant les informations disponibles sur les étudiants transalpins qui eurent un rapport avec une des universités en activité dans notre pays, soit en tant qu’étudiants, soit en tant que diplômés ; là où cela est possible, nous nous proposons de reconstruire les différentes étapes de leur parcours scolaire, objectif que la documentation disponible rend plus facile à poursuivre pour les étudiants allemands et, dans une moindre mesure, pour les espagnols par rapport aux autres nationalités.

Toute correction ou intégration se fait en partant de l’ASFE, qui n’est accessible qu’au groupe de recherche, puis est reversée automatiquement dans une ou plusieurs bases de données consultable par l’usager. Par exemple, l’identification d’un étudiant étranger qui fréquente l’université de Bologne avant de se diplômer dans une autre université italienne (par ex. Rome), donnera lieu à une fiche unique ASFE ; de là, elle alimentera d’une part la base de données “Onomasticon Studii bononiensis” car il s’agit d’un étudiant qui a fait partie de la population estudiantine de l’Université de Bologne, d’autre part “Italici doctores”, puisqu’il s’agit d’un diplômé d’une université italienne, et enfin “Iter italicum” puisque l’individu est étranger. L’offre des informations accessibles sera également variée : en effet, d’une part il sera possible de consulter en ligne une fiche nominative récapitulative des données recueillies par les différentes archives qui composent l’ASFE (par ex. celles de la biographie, des études, de la carrière, des blasons, des Stammbücher) ; d’autre part l’organisation de la fiche avec ses multiples connexions permet de naviguer, en établissant plus de 50 rapports entre les différents types d’informations contenus à l’intérieur de la base de données. On peut partir du nom d’un étudiant non seulement pour parcourir, si possible, son curriculum scolaire et professionnel, mais aussi pour reconstruire le réseau des relations qu’il peut avoir nouées lors des différentes étapes de son expérience. Vice versa, il est possible de partir de l’une de ces diverses archives, homogènes par typologie d’informations conservées, en mettant en évidence les liens éventuels que l’on peut rencontrer également dans les parcours biographiques d’autres individus : par exemple, la date d’immatriculation ou de diplôme, l’appartenance commune à une certaine nation estudiantine, le rôle éventuel tenu dans une magistrature estudiantine, l’adhésion à un Stammbüch, les universités fréquentées et la condition correspondante – étudiant, bachelier, licencié, professeur, docteur –, le type d’études entreprises, l’appartenance à un collège d’étudiants, etc.

Je citerai certains exemples sur les capacités de la base de données ASFE qui permettent de combiner une multitude de sources non intégrées entres elles mais recomposables, ce qui nous donne la possibilité de reconstruire un profil biographique succinct allant des études effectuées jusqu’à la profession. C’est là, entre autre, le cas du jeune Bonaventura Hahn, né en 1540 à Groß-Glogau, en Silésie, que nous trouvons à 19 ans inscrit au Gymnasium de Nysa, puis immatriculé à Vienne, diplômé en philosophie à Ingolstadt, immatriculé dans la nation allemande de Sienne où il s’était transféré en compagnie de Johann von Sitsch et de Georg Strzela von Dilau; il est ensuite décrit pour une période de trois ans (1575-1578) parmi les collégiens du Germanico de Rome, immatriculé dans la nation allemande de Bologne où il séjourne pour une brève période en se diplômant in utroque iure et on le retrouve enregistré dans la matricule de la nation allemande de Padoue. Alors qu’il était déjà chanoine de la cathédrale de Breslau au moment de son iter italicum, la documentation sur les études qui lui avaient valu une licence en philosophie et une in utroque iure se complète par la description d’une carrière ecclésiastique qui le conduira à assumer l’épiscopat de Breslau en 1596, fonction qu’il fut contraint d’abandonner trois ans plus tard, peu avant sa mort en 1602 à Olmütz. Son successeur à l’épiscopat de Breslau fut son ex-compagnon d’études Johann von Sitsch. Un curriculum d’études qui, bien que ne s’étant pas déroulé avec continuité, se poursuivit jusqu’à l’âge de 38 ans et qu’il a été possible de reconstruire en réunissant les données provenant d’une série imposante d’archives et de répertoires. Parfois, la description de l’itinéraire de la peregrinatio est encore plus détaillée, comme c’est le cas du célèbre juriste Basilius Amerbach : à 18 ans, en 1552, il étudie à Tübingen, l’année suivante il s’inscrit à Padoue où il séjourne deux ans pour se transférer ensuite à Bologne, après avoir passé quelques mois à Venise ; après deux ans d’études à Bologne, il passe par l’université de Bâle, en séjournant tout d’abord à Reggio et à Padoue ; il se rend ensuite à Bourges et à Speyer pour retourner trois ans plus tard à Bologne où il passe enfin sa licence en droit civil à l’âge de 26 ans. De même, Wilhelm Thenn, futur conseiller de l’archevêque de Salzburg et Assessor de la Reichskammergericht de Speyer, après ses premières études à Ingolstadt, Orléans, Paris, Oxford, Leipzig, Louvain, se rendit enfin à Bologne où à 25 ans il se diplôma in utroque iure, après avoir donc transité indifféremment entre universités catholiques, anglicanes et luthériennes.

Pour mieux expliquer le caractère et la genèse de notre proposition, il est cependant nécessaire de faire un pas en arrière, pour reparcourir les étapes d’une période de recherche qui nous a conduits à faire les choix que nous présentons aujourd’hui. En 2000, j’ai entrepris au nom de mon université et d’autres institutions culturelles une recherche sur la décoration murale du palais de l’Archiginnasio, à savoir du premier siège stable des écoles universitaires bolognaises. Le projet fut intitulé « L’histoire sur les murs », voulant par là relever combien ces décorations étaient un document extraordinaire pour l’histoire de l’université bolonaise et, plus en général, une source non négligeable pour l’histoire de l’identité culturelle européenne. Sur les 6254 armoiries apposées progressivement sur un laps de 237 ans, nous avons pu en récupérer 4154 de source authentique. Chaque blason possède toute une série de renseignements : nom et prénom du titulaire, ville d’origine, nation estudiantine d’appartenance.

Quelle nouvelle gamme d’informations pouvions-nous tirer de cette source singulière, si inédite par rapport à une liste de matricules ou de licenciés ? L’élément vraiment original en est la possibilité de ramener des groupes d’étudiants à une même expérience didactique. Ces blasons sont en effet disposés en files superposées à l’intérieur d’une salle ou bien en couronnes autour d’une épigraphe célébrant un professeur alors en fonction dans les écoles. Un tel usage nous permet de lier les noms d’un groupe d’étudiants à l’enseignement d’un professeur déterminé ; ces témoignages deviennent ainsi  un document privilégié, une source prépondérante, pour les études sur l’influence provoquée par un enseignement déterminé ou par un certain professeur sur les territoires de provenance de ces jeunes gens. Ce lien permet de dépasser l’influence générique que la stabilité du recrutement d’une université peut avoir exercée vis-à-vis d’un territoire. Bien plus, il pousse à engager des recherches spécifiques sur des sujets précis – les anciens élèves d’un certain professeur – pour vérifier, à travers la trace laissée dans l’exercice d’une profession, la capacité de dissémination d’un patrimoine culturel et scientifique qui contribua à encourager l’univers des académies et de la république des lettres à établir des rapports durables dans la formation professionnelle. Je cite à ce propos le cas de certains enseignants de médecine de l’université de Greifswald qui, dans un laps de 150 ans, choisissent même pour leur formation professionnelle les écoles de Padoue et de Bologne, “ut ulteriores eruditionis medicae divitias conquirendi causa”.

Mais, pour pouvoir confier cette documentation à la recherche, il fallait tout d’abord la soumettre à un rigoureux crible historique et philologique auquel nous nous sommes livrés pendant des années et qu’il a été possible d’effectuer grâce précisément aux données recueillies par l’Onomasticon, qui se recoupaient avec une recherche héraldique systématique. Le recours à cette méthode s’est imposé en raison des multiples altérations qui ont affecté le monument au cours des deux derniers siècles. La série d’altérations qui ont imposé cette étude attentive et ponctuelle était due à différents facteurs : la réutilisation totale ou partielle par un ou plusieurs étudiants d’une partie ou de l’ensemble d’une série de blasons, mais aussi les nombreuses interventions de restauration effectuées au XIXe siècle, lorsque l’édifice fut affecté à l’hébergement de corps d’armée, puis à l’usage d’entrepôt, pour devenir ensuite une école pour enfants de 6-7 ans à 15-16 ans et enfin une bibliothèque publique. Il faut l’attribuer principalement aux modalités de restauration de l’époque visant à reconstruire intégralement ce qui manquait : il pouvait s’agir d’une partie du prénom, ou du nom, ou de la ville d’origine ou d’une partie de la symbologie héraldique, qui était confrontée dans ce but avec les recueils de blasons des villes d’origine.

Nous arrivons, à présent, à la conclusion de cette partie du projet “L’histoire sur les murs” ; nous prévoyons de présenter, très probablement en septembre prochain, le second volume comprenant les index. L’ouvrage constitue la première application de la base de données “Onomasticon” sans laquelle nous n’aurions jamais pu rapporter, même virtuellement, cette source extraordinaire à son status d’origine.

L’exemple évoqué encourage à poursuivre et à développer ce type d’études et à favoriser la tentative de créer un réseau de relation/liaison entre les diverses bases de données, ce qui permettrait de susciter de nouvelles enquêtes et de fixer de nouveaux objectifs de recherche sur le rôle accompli par les université dans une phase cruciale de leur histoire.

 

La base des données: présentation technique

Présentation de Andrea Daltri (Archivio storico – Université de Bologna), lors des journées de Poitiers en mai 2012

La conception de la base de données ASFE s’est développée dans le cadre de la recherche “L’histoire sur les murs”, qui était destinée à cataloguer la décoration des murs du palais de l’Archiginnasio. Le projet, qui se limitait initialement à réaliser un instrument permettant d’identifier les titulaires des blasons, s’est fixé successivement pour objectif de créer un support plus complexe, de type relationnel, en mesure d’enregistrer la mobilité des étudiants. Cette stratégie a contraint à surmonter bien des obstacles imputables surtout au choix des modalités de présentation des informations. L’hypothèse méthodologique de la nouvelle structure relationnelle réalisée grâce au logiciel Filemaker, répond à la volonté de permettre une visualisation la plus intégrée possible des données de base. L’attribution à chaque étudiant d’un code d’identification univoque a consenti tout d’abord de filtrer les diverses informations documentaires, puis de regrouper celles qui sont homogènes à l’intérieur de certains champs thématiques : le profil biographique, le curriculum studiorum, la carrière professionnelle, les blasons apposés dans le palais de l’Archiginnasio.

Sur le plan informatique les principales caractéristiques de la base de données sont les suivantes :

  • – flexibilité et modularité de la structure pour faciliter les modifications et les développements ;
  • – navigabilité parmi les différents masques ;
  • – atomisation des informations pour permettre de multiples possibilités de combinaison des données ;
  • – utilisation d’inscriptions scriptées pour réduire le risque d’actions indésirables ;
  • – utilisation de champs calculés pour automatiser les procédures d’entrée des données ;
  • – utilisation de listes de valeurs pour conditionner les procédures d’entrée et éviter la création de formes non normalisées.

Voyons en détail, à l’aide d’un graphique, la configuration prise par la base de données. Pour favoriser une plus grande lisibilité on a inséré uniquement les fichiers principaux avec l’indication des relations les plus importantes et de leurs champs d’application. Actuellement la base de données comprend une cinquantaine de fichiers en relation et plus d’une centaine de relations. Certains fichiers sont utilisés pour la mémorisation des données (Biographie, Etudes, Carrière, Archiginnasio, Héraldique et Conseils), d’autres uniquement pour la visualisation synthétique des informations (Répertoires et Blasons), d’autres encore comme fichiers de service et de contrôle (Bibliographie, Sources, Portraits, Toponymes, Confrontations, Disposition, Epigraphes, Images, SIRBeC, Topographie). Analysons à présent de plus près la structure des fichiers principaux.

Le fichier Biographie contient les informations sur le profil biographique de l’étudiant (on compte actuellement plus ou moins 104 151 enregistrements). Les informations tirées des sources documentaires et intégrées par la bibliographie disponible incluent le prénom et le nom, l’état-civil, les nom et prénom du père ou autres liens de parenté, le titre nobiliaire, la condition sociale, la provenance géographique (ville, diocèse, région ou état). La présence fréquente de variantes et les discordances rencontrées dans les formes onomastiques ou géographiques ont imposé la nécessité d’affronter le problème de la fiabilité et de la hiérarchisation des données tirées des différents types de documents. Toutes les variantes rencontrées ont été de toute manière enregistrées dans les champs respectifs de compétence avec l’indication de leurs références archivistiques et bibliographiques. Pour la normalisation des formes onomastiques et toponomastiques, exprimée dans le langage national respectif, il a été naturellement constitué des champs spécifiques.

Dans le fichier Etudes (133 958 enregistrements) ont conflué les données relatives au curriculum studiorum de l’étudiant : l’immatriculation dans les rangs de la Universitas ou de la Natio d’appartenance, l’inscription dans un liber amicorum, l’admission dans un collège, l’obtention de la licence ou d’autres grades académiques. Les données recueillies ont été identifiées en fonction de leur typologie au moyen d’un code alphabétique (par exemple, MAT pour l’immatriculation, LAU pour la licence). On a reporté pour chaque enregistrement toutes les informations tirées des sources documentaires ou bibliographiques : en particulier, le Studium, l’Universitas, la Natio, la date, la matière d’étude ou de licence.

Le fichier Carrière (6 813 enregistrements) contient les renseignements sur l’activité professionnelle et sur le rôle assumé au sein de l’administration civile et religieuse par les étudiants au lendemain de leur parcours universitaire. Chaque enregistrement détient toutes les informations tirées des sources documentaires ou bibliographiques : le lieu, l’institution, la fonction exercée et les éléments chronologiques relatifs.

Le fichier Répertoire, qui se réfère à chaque étudiant, donne la possibilité de visualiser en un seul masque des données mémorisées dans les trois fichiers mentionnés ci-dessus, ce qui permet d’effectuer des recherches combinées dans ces trois champs différents.

Le fichier Archiginnasio (6 156 enregistrements) contient les renseignements sur la décoration des murs du palais de l’Archiginnasio. Les données catalographiques des blasons, dont il est fourni une image digitalisée, comprennent l’Universitas qui a commissionné le cycle décoratif, la date d’exécution, la place occupée dans les locaux du palais, la transcription des cartouches – reportant habituellement le nom, le lieu de provenance, la Natio représentée (qui peut ne pas coïncider avec celle d’origine) et la charge éventuelle détenue par l’étudiant (prior, praeses, assumptus ou syndicus) – ainsi que la description artistique et héraldique.

Le fichier Blasons permet d’accéder à un masque qui synthétise les résultats obtenus dans l’identification des titulaires des blasons conservés dans le palais en assemblant, pour chaque étudiant, les informations tirées des sources iconographiques et sur papier.

En conclusion, nous voulons rappeler les principales difficultés méthodologiques que nous avons affrontées dans la mise en œuvre de la base de données et les procédures qui ont été élaborées pour les surmonter :

  • – le risque de créer des enregistrements dupliqués, par la présence de variantes et d’incongruités dans les formes onomastiques et dans les indications relatives à la provenance géographique des étudiants ;
  • – par conséquent, la nécessité de créer des formes spécifiques de contrôle qui, utilisant des filtres (onomastiques, géographiques et chronologiques) ad hoc, permettent d’intercepter les enregistrements dupliqués ;
  • –  l’hétérogénéité des données déterminée par l’emploi de sources de renseignement appartenant à des typologies différentes (matériel d’archives, compilations érudites, contributions scientifiques) ;
  • –  par conséquent, la nécessité d’élaborer des instructions pour la compilation des champs dans le but d’harmoniser le style des informations mémorisées dans la base de données.

Nous désirons enfin vous informer que nous avons programmé de publier dans un avenir très proche la base de données ASFE sur le web. Cette décision a été déterminée non seulement par la volonté de garantir à notre projet une plus grande visibilité, mais aussi par la conscience que l’accès au web peut pleinement développer les potentialités des données contenues dans la base de données, grâce entre autre à la circulation des renseignements en notre possession et à la coopération souhaitable avec d’autres groupes de recherche qui agissent dans le même cadre disciplinaire. En effet, le web offre la double possibilité d’effectuer des stratégies de recherche plus complexes et d’améliorer la navigation entre les diverses sections de la base de données. Actuellement le développement de notre solution est encore au stade de prototype, accessible exclusivement en mode “hôte local” sur notre réseau local. Pour construire le site nous avons utilisé une grammaire qui combine le format traditionnel HTML avec un langage de balisage appartenant à Filemaker appelé CDML.

Compléments:


Une réflexion au sujet de « ASFE: « amore scientiae facti sunt exules » (Bologna) »

  1. Ping : « Hypotheses.org : Création du carnet de recherche et du réseau: « Heloise – Réseau européen sur les Bases de Données sur les Universités/European Workshop on historical academic Database  | Bonne Terre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *