Corpus academicum Cracoviense. Base de données des étudiants et professeurs de l’Université de Cracovie à l’époque de l’ancienne Pologne de 1364 à 1780

Le Corpus academicum Cracoviense (CAC) est un projet quinquennal financé par le Ministère polonais de l’Enseignement Supérieur et de la Science avec les fonds du Programme National de Développement des Sciences Humaines (Narodowy Program Rozwoju Humanistyki NPRH. Le projet est affilié à la Faculté d’histoire de l’Université Jagellone de Cracovie et est réalisé en collaboration avec la Chaire des Télécommunications de la Faculté d’électrotechnique, d’automatique et d’électronique de l’Université des sciences et technologies de Cracovie (AGH). Sous la direction du professeur Krzysztof Ożóg, le projet est réalisé par une équipe de recherche composée d’un groupe permanent de 5 historiens employés aux Archives de l’Université Jagellone et à l’Institut d’histoire de l’Université Jagellone, de 2 universitaires chercheurs de l’Université des sciences et technologie de Cracovie (AGH) et de 15 collaborateurs, avant tout historiens et philologues.

L’intérêt des recherches sur le milieux universitaire de Cracovie est dû au rôle particulier de cette institution, la plus ancienne université polonaise (une première fondation par le roi Casimir le Grand en 1364, une seconde par le roi Ladislas Jagellon en 1400), la seule université de Pologne jusqu’au XVIe siècle (fondation de l’Académie de Vilnius par le roi Étienne Báthory en 1578; fondation de l’Académie de Zamość par le chancelier Jan Zamoyski en 1594) et la plus importante jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. Elle exerçait une influence sur le développement de l’enseignement secondaire par la création du réseau des écoles humanistes sous le patronage de l’Université, qui nommait ses gradués comme instituteurs et surveillants. Elles étaient, comme on les a appelées, des colonies académiques: les Écoles Nowodworski, fondées en 1588, et 31 autres institutions dans tout le pays. L’Université de Cracovie était aussi un centre de recherche actif qui attirait, notamment aux XVe et XVIe siècles, de nombreux étudiants et universitaires d’autres régions de l’Europe, en particulier des pays voisins.

Le projet a pour but d’élaborer et de mettre en ligne une base de données qui comportera les informations bio-bibliographiques sur les étudiants et professeurs de l’Université de Cracovie au Moyen Âge et à l’époque moderne (1364-1780). Le projet va jusqu’à la grande réforme de l’Université, inspirée par les Lumières et menée par Hugo Kołłątaj, représentant de la Commission de l’Éducation Nationale, administration centrale d’instruction publique fondée en Pologne après la suppression des Jésuites en 1773. Cette réforme changea profondément la structure et les programmes de l’Université qui fut rebaptisée École Principale de la Couronne.

Les informations relatives à plus de 120 000 personnes doivent constituer le fondement de la base de données:

  • étudiants immatriculés à l’Université de Cracovie de 1400 à 1780 (environ 74 000 personnes)
  • élèves des Écoles Nowodworski, qui étaient l’un des viviers de la Faculté de philosophie et réalisaient en partie ses cours (environ 35 000 personnes)
  • bacheliers et maîtres promus à l’Université (environ 15 000 personnes).

La base contiendra les données biographiques en provenance de sources universitaires imprimées et manuscrites choisies:

  • matricules universitaires générales (conservées pour les années 1400-1642, 1720-1780)
  • matricules des collèges des étudiants (conservées pour la Bursa Hungarorum, 1493-1558; le Contubernium Gelonianum, 1741-1783; le Contubernium Starnigelanum, 1647-1777; et le Contubernium Philosophorum, 1559-1783; avec une copie de la matricule la plus ancienne de 1447-1556)
  • matricules des Écoles Nowodworski (conservées pour les années 1639-1645, 1745-1765, 1767-1776)
  • Libri promotionum de la faculté des arts (conservés pour les années 1402-1551, 1561-1655, 1658-1780)
  • listes très incomplètes de gradués des facultés supérieures (théologie, droit et médecine)
  • Libri diligentiarum (c’est-à-dire les registres des cours, conférences, exercices et débats) de la faculté des arts (conservés pour les maîtres en 1487-1656 et 1658-1780 et pour les bacheliers en 1564-1639 et 1658-1780)
  • conclusions générales universitaires (c’est-à-dire les registres des résolutions de l’assemblée des professeurs, conservés pour les années 1441-1589, 1721-1780)
  • conclusions des membres des facultés (de droit, 1742-1773; de médecine, 1641-1780; de philosophie, 1760-1780)
  • conclusions des membres des collèges (conservées pour le Collegium Maius, 1432-1780; le Collegium Iuridicum, 1734-1779; et le Collegium Minus, 1766-1777)
  • Acta rectoralia (c’est-à-dire les dossiers du tribunal du recteur, conservés pour les années 1469-1618, 1642-1695, 1721-1781)
  • Codex diplomaticus Universitatis studii generalis Cracoviensis, 5 vol. (1400-1605)
  • informations biographiques puisées dans les manuscrits médiévaux de la Bibliothèque Jagellone
  • données relatives aux étudiants du Polski Słownik Biograficzny (PSB) [Dictionnaire biographique polonais], 50 vol.
  • données relatives aux étudiants du Catalogus codicum manuscriptorum medii aevi latinorum, qui in Bibliotheca Jagellonica Cracoviae asservantur, 10 vol.
  • fichiers du Comité des Sources pour l’histoire de la vie intellectuelle de la Pologne des XVIe-XVIIIe siècles, contenant avant tout les données sur les études étrangères des Polonais (Institut d’histoire de l’Académie Polonaise des Sciences, atelier du PSB à Cracovie, près de 6 mètres linéaires de fiches)
  • périodiques choisis en histoire de la philosophie et de la théologie dans la Pologne médiévale
  • les informations biographiques des collections de Józef Muczkowski (1795-1858) et Żegota Pauli (1814-1895) pour le Dictionnaire biographique des bacheliers, maîtres, docteurs et professeurs de l’Université Jagellone (16 fascicules constitués de feuilles volantes)
  • les informations biographiques du « Dossier » de Leszek Hajdukiewicz (1924-1995) pour un répertoire des universitaires des XVIe-XVIIIe siècles (38 cartons)

Les données personnelles de la base électronique contiendront des éléments fixes: prénom, patronyme, nom de famille, lieu d’origine selon les anciens critères géographiques, indication de l’état social, données d’immatriculation, promotion, carrière universitaire, fonctions et dignités et autres éléments biographiques suivant les résultats de la recherche. Chaque information sera accompagnée d’une référence à la source ou à la littérature qui la concerne. Un module sera destiné à l’information bibliographique synthétique. À terme, la base générera une liste d’informations renseignées sous forme de notices biographiques abrégées. La base contiendra une introduction historique et méthodologique, un manuel de l’utilisateur, la caractéristique des sources et des fonds d’archives et de bibliothèques exploités et des index d’abréviations en polonais, anglais et allemand. Elle sera conçue comme base ouverte au développement de nouveaux modules et fonctionnalités avec la possibilité de la renseigner à l’avenir avec de nouvelles données venant d’autres sources.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *